“La spirale n’est qu’un cercle mis en mouvement”. Le Labyrinthe de Françoise Gilot

Françoise Gilot nous a quittés le 6 juin 2023. Une artiste, peintre et écrivaine, que malheureusement encore beaucoup trop ne connaissent que pour avoir été la compagne de Picasso qui a osé dire « non » – un problème sexiste sur lequel écrit Katy Hessel dans The Guardian1. Plus grave, son œuvre reste toujours méconnue car peu montrée. Depuis la parution de Vivre avec Picasso en 1965 qui l’a mise sur liste noire en France, seulement une exposition de ses œuvres a eu lieu, au Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence en 20212. Elle reste absente des grandes expositions collectives d’artistes femmes, comme Elles font l’abstraction au Centre Pompidou en 2021. Si nous voulons en voir plus, il nous faut entreprendre un travail de recherche personnel : chercher les livres, naviguer sur les sites de ventes aux enchères… Pour ma part, j’ai réalisé ce travail dans le cadre de mon master. J’en propose ici un morceau, portant sur la série du Labyrinthe réalisée en 1962-1964.

Françoise Gilot dans son atelier en 1953
Continuer la lecture de « “La spirale n’est qu’un cercle mis en mouvement”. Le Labyrinthe de Françoise Gilot »
  1. Katy Hessel, « ‘Blatant sexism’ : why is a great painter who lived to 101 still defined by a man she left in the 1950s ? », dans The Guardian, 12 juin 2023. En ligne : https://www.theguardian.com/artanddesign/2023/jun/12/blatant-sexism-great-painter-francoise-gilot []
  2. Voir le catalogue d’exposition, Françoise Gilot : les années françaises, Milan, Silvana Editoriale, 2021. Un compte-rendu de l’exposition est également disponible sur ce carnet : https://ombrelles.hypotheses.org/90 []

“Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : natures mortes (3/3)

Matisse, Portrait abstrait de Françoise Gilot, décembre 1917. Reproduite dans Henri Matisse et Pablo Picasso, une amitié racontée par Françoise Gilot, Paris, éditions Robert Laffont, 1990.

Il est impossible de ne pas considérer l’influence de Pablo Picasso quand on étudie Françoise Gilot (1921- ) : le maître est présent aussi bien dans sa vie que dans son œuvre. Toutes les études sur Gilot (peu nombreuses soient-elles) le mentionnent. Mais il n’y a pas que Picasso. Un autre maître qui a été important pour l’éducation artistique de Gilot, et important pour tout chercheur désirant travailler sur elle et son œuvre, est Henri Matisse.

Ce sont ces affinités artistiques, entre Matisse et Gilot, que je propose d’étudier. Ce travail est issu de mon mémoire de M2, “Françoise Gilot, par-delà le masque : les années d’apprentissage (1921-1965)“, soutenu en 2022. Le sujet prendra la forme d’une série de plusieurs articles. Nous continuons avec l’affirmation du regard de Gilot, influencée par les réflexions de Matisse. Ce troisième article conclue un triptyque dont les deux premiers portent sur la couleur et le regard.

Natures mortes

Continuer la lecture de « “Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : natures mortes (3/3) »

“Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : affirmer son regard (2/3)

Toutes les études sur Françoise Gilot (peu nombreuses soient-elles) mentionnent l’influence que Pablo Picasso, l’invidivu et son œuvre, a eu sur elle. Mais il n’y a pas que Picasso. Un autre maître important pour l’éducation artistique de Gilot est Henri Matisse. Elle le rencontre en personne pour la première fois en 1946 ; leur correspondance complète reste encore inédite aujourd’hui, mais la cadette nous rapporte quelques-uns de leurs échanges dans ses divers ouvrages, suffisamment pour procéder à une étude de l’œuvre de Gilot par un prisme matissien.

Lettre d’Henri Matisse à Françoise Gilot, 7 juin 1948. Reproduite dans Henri Matisse et Pablo Picasso, une amitié racontée par Françoise Gilot, Paris, éditions Robert Laffont, 1990.

Ce sont ces affinités artistiques, entre Matisse et Gilot, que je propose d’étudier dans une série de trois articles. Ce travail est issu de mon mémoire de M2, “Françoise Gilot, par-delà le masque : les années d’apprentissage (1921-1965)“, soutenu en 2022. Nous continuons avec l’affirmation du regard de Gilot, influencée par les réflexions de Matisse. Cet article est le deuxième d’une séru de trois, dont le premier porte sur la libération de la couleur.

Affirmer son regard

Continuer la lecture de « “Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : affirmer son regard (2/3) »

“Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : libérer la couleur (1/3)

Toutes les études sur Françoise Gilot (peu nombreuses soient-elles) mentionnent l’influence que Pablo Picasso, l’invidivu et son œuvre, a eu sur elle. Mais il n’y a pas que Picasso. Un autre maître important pour l’éducation artistique de Gilot est Henri Matisse. Elle le rencontre en personne pour la première fois en 1946 ; leur correspondance complète reste encore inédite aujourd’hui, mais la cadette nous rapporte quelques-uns de leurs échanges dans ses divers ouvrages, suffisamment pour procéder à une étude de l’œuvre de Gilot par un prisme matissien.

Lettre d’Henri Matisse à Françoise Gilot, [9 mars] 1948. Reproduite dans Henri Matisse et Pablo Picasso, une amitié racontée par Françoise Gilot, Paris, éditions Robert Laffont, 1990.

Ce sont ces affinités artistiques, entre Matisse et Gilot, que je propose d’étudier dans une série de trois articles. Ce travail est issu de mon mémoire de M2, “Françoise Gilot, par-delà le masque : les années d’apprentissage (1921-1965)“, soutenu en 2022. Nous commençons ce triptyque par la leçon de la couleur retenue par Gilot dans l’œuvre de Matisse, à lire ci-dessous.

Libérer la couleur

Continuer la lecture de « “Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : libérer la couleur (1/3) »

« 100 ans, l’âge de la consécration pour Françoise Gilot » ?

Consécration. […] Confirmation, action de rendre ou de devenir durable.
Ce court billet est une réponse à l’article de Mme. Stéphanie Chayet pour Le Monde sur le centenaire de l’artiste Françoise Gilot.

Gilot, Évier et tomates, 1951. Huile sur contreplaqué, 91,8 x 72,8 cm. Centre Pompidou, Paris.
Continuer la lecture de « « 100 ans, l’âge de la consécration pour Françoise Gilot » ? »

“Je pense que la peinture est une absurdité” : Françoise Gilot au Musée Estrine

Françoise Gilot : les années françaises – Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence
Commissaires : Elisa Farran (directrice du Musée Estrine) et Annie Maillis (biographe de Françoise Gilot)
Avec la participation de Françoise Gilot.
L’exposition a reçu le soutien de Claude Picasso, Paloma Picasso et Aurélia Engel.

Couverture du catalogue de l’exposition. Image: F. Gilot, La Salade, 1950, coll. part.

            L’été a été aussi long que le XIXe siècle. Il a été rempli d’expositions, certaines bonnes et d’autres mauvaises. Pour ma part, je n’ai malheureusement pas eu l’opportunité de faire toutes les expositions qui m’intéressaient (notamment « Valadon et ses contemporaines » au Monastère Royal de Brou, qui s’est terminée le 5 septembre1 et « Juliette Roche l’insolite » au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon2. J’ai pu, heureusement, faire celle que j’attendais le plus : « Françoise Gilot : les années françaises » au Musée Estrine de Saint-Rémy-en-Provence.

Continuer la lecture de « “Je pense que la peinture est une absurdité” : Françoise Gilot au Musée Estrine »
  1. Pour une critique de l’exposition, voir le billet d’Eva Belgherbi, « À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)” », publié le 25/08/2021 et disponible ci-contre : https://ghda.hypotheses.org/1658 []
  2. Pour ceux qui, comme moi, l’auraient loupée, « Juliette Roche l’insolite » sera présente au Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence en été 2022 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search