“Je pense que la peinture est une absurdité” : Françoise Gilot au Musée Estrine

Françoise Gilot : les années françaises – Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence
Commissaires : Elisa Farran (directrice du Musée Estrine) et Annie Maillis (biographe de Françoise Gilot)
Avec la participation de Françoise Gilot.
L’exposition a reçu le soutien de Claude Picasso, Paloma Picasso et Aurélia Engel.

Couverture du catalogue de l’exposition. Image: F. Gilot, La Salade, 1950, coll. part.

            L’été a été aussi long que le XIXe siècle. Il a été rempli d’expositions, certaines bonnes et d’autres mauvaises. Pour ma part, je n’ai malheureusement pas eu l’opportunité de faire toutes les expositions qui m’intéressaient (notamment « Valadon et ses contemporaines » au Monastère Royal de Brou, qui s’est terminée le 5 septembre1 et « Juliette Roche l’insolite » au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon2. J’ai pu, heureusement, faire celle que j’attendais le plus : « Françoise Gilot : les années françaises » au Musée Estrine de Saint-Rémy-en-Provence.

Continuer la lecture de « “Je pense que la peinture est une absurdité” : Françoise Gilot au Musée Estrine »
  1. Pour une critique de l’exposition, voir le billet d’Eva Belgherbi, « À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)” », publié le 25/08/2021 et disponible ci-contre : https://ghda.hypotheses.org/1658 []
  2. Pour ceux qui, comme moi, l’auraient loupée, « Juliette Roche l’insolite » sera présente au Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence en été 2022 []

Des femmes et des archives : une réflexion

Exposition « L’Invention du Surréalisme : des Champs magnétiques à Nadja », du 19 mai au 14 août 2021.
Commissariat : Bérénice Stoll, Réserve des livres rares, BNF
Olivier Wagner, département des Manuscrits, BNF
Isabelle Diu, directrice de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet
Jacqueline Chénieux-Gendron, directrice de recherche au CNRS, conseillère scientifique pour l’exposition

Exposition organisée en partenariat avec la bibliothèque littéraire Jacques Doucet
Plus d’informations : https://www.bnf.fr/fr/agenda/linvention-du-surrealisme-des-champs-magnetiques-nadja

Continuer la lecture de « Des femmes et des archives : une réflexion »

Première exposition du “monde d’après”: “Who run the world ?”

Elles font l’abstraction – Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou
Commissaires : Christine Macel, commissaire générale ; Karolina Ziebinska-Lewandowska, commissaire associée pour la photographie
Chargée de recherches : Laure Chauvelot
Chargées de production : Adeline Crétet, Anne-Claire Gervais et Sara Renaud
Architecte-scénographe : Corinne Marchand
Pour plus d’informations au sujet de l’exposition, voir: https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/OmzSxFv


            Les musées ont rouvert le 19 mai. Hourrah ! Les institutions n’ont pas chômé pendant ces six, sept mois de fermeture : il faut rattraper le temps perdu, il faut attirer le public dans ces nouvelles expositions tant attendues ou les (quelques) anciennes qui ont eu la chance d’être prolongées.

            Ma première destination a été le Centre Pompidou pour voir « Elles font l’abstraction ». J’attendais cette exposition avec impatience mais n’avait pas entendu beaucoup de choses à son sujet. Je n’avais aucune idée à quoi m’attendre ; ainsi, quand je suis allé faire l’exposition, je n’avais aucun à priori. Seulement une curiosité accrue par les superbes interventions du colloque « Women in abstraction » organisé par AWARE et le musée1. Je profite également de ce paragraphe introductif pour expliciter le but de cette critique, fort simple : je souhaite seulement partager mon expérience de spectateur, aussi confuse qu’elle soit.

Continuer la lecture de « Première exposition du “monde d’après”: “Who run the world ?” »
  1. En attendant la mise en ligne des interventions, je renvoie au programme du colloque sur le site d’AWARE : https://awarewomenartists.com/nos_evenements/appel-a-communication-elles-font-labstraction-une-autre-histoire-de-labstraction-au-xxe-siecle/ []

L’Affaire du Cavalier Bleu (1960-1973): Nina Kandinsky VS Lothar-Günther Buchheim

Nina Kandinsky, Studio Lipnitzki, 1937. Épreuve gélatino-argentique. Crédit photographique: © Guy Carrard – Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP. Legs de Nina Kandinsky, 1981.

          De récentes études sur la réception posthume de l’œuvre de Vassily Kandinsky ont montré le rôle important qu’y tint son épouse, Nina Kandinsky1. Si elle fut enthousiaste à travailler avec les galeries et institutions françaises, elle se montra moins enclin à collaborer avec les institutions allemandes. Pendant treize ans, ces dernières se virent refusées tout prêt d’œuvres en sa possession pour leurs expositions sur l’artiste. Ce refus n’est pas sans lien avec l’affaire Buchheim, comme l’explique elle-même N.K. dans son livre, Kandinsky et moi : « Tant que dura mon procès contre Buchheim, par exemple, je n’ai pas lâché une seule œuvre de Kandinsky pour une exposition en Allemagne2. » Qu’est-ce que l’affaire Buchheim, autrement appelée l’affaire du Cavalier Bleu, et qu’est-ce qu’elle impliquait d’aussi grave pour que N.K. refuse le moindre prêt de sa riche collection ?

Continuer la lecture de « L’Affaire du Cavalier Bleu (1960-1973): Nina Kandinsky VS Lothar-Günther Buchheim »
  1. Joséphine Dauphin, « La réception de Vassily Kandinsky en France, 1946-1966 », mémoire de recherche Master 1, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2018-2019. []
  2. N. Kandinsky, Kandinsky et moi, Paris, Flammarion, 1978, 262. []

Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure

« La carrière musicale de Gabrielle Buffet prit fin avec la rencontre de Francis Picabia[1] », écrit Maria Lluïsa Borràs dans la préface du livre de la concernée. En effet, Gabrielle Buffet, avant de devenir Mme Buffet-Picabia ou tout simplement Mme Picabia, avait suivi une formation musicale. « Avant de rencontrer Picabia, explique-t-elle, j’étais une musicienne, une vraie, la musique était mon métier[2] ».

Dans un premier temps, je propose de retracer son parcours. Pour commencer, référons-nous à ce qu’écrit Buffet en 1951 au sujet de son rapport avec la musique :

             « Un goût impérieux m’avait depuis mon plus jeune âge attirée vers la musique ; d’abord source de plaisir extraordinaire subi sans aucune suggestion ni éducation aussi directement que le chaud et le froid, puis sujet d’une curiosité non moins passionnée pour ce phénomène dont j’étais le siège : la réalité en moi, impalpable mais impérieuse du monde sonore, de la prédilection quasi viscérale de mon individu pour telle ou telle sonorité, pour tel ou tel rythme audible[3]. »

Continuer la lecture de « Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure »

Introduction du carnet

“À cet être nerveux, exigeant, impressionnable, à cet homme-enfant qu’on appelle un artiste, il faut un type de femme spécial, presque introuvable, et le plus sûr encore est de ne pas le chercher…”

– Alphonse Daudet, Les Femmes d’artistes, 1884, Paris, A. Lemerre, 5.

Alors qu’en 1866, Alphonse Daudet se demandait si l’artiste devait se marier ou non, ce carnet s’interroge sur le statut de la femme d’artiste. Qui est-elle, pourquoi fait-elle cela, quelle est sa place au sein du couple ? Ses casquettes sont nombreuses : modèle, mère, bonne, femme au foyer, artiste, secrétaire, ambassadrice, critique, écrivaine, conservatrice, veuve. Pour ce qui est des motivations de ses activités, elle a été accusée à tort de le faire pour l’argent et a trop souvent été dépeinte comme une profiteuse. En revanche, sa place est claire : elle se tient toujours à l’ombre de son époux l’artiste.


Ce carnet poursuit les recherches commencées en master d’histoire de l’art contemporain, dont le mémoire de M1 portait sur les écrits de Gabrielle Buffet-Picabia et celui de M2 sur les activités de Nina Kandinsky après la mort de son époux. L’intention est d’élargir le champ de la recherche à d’autres femmes d’artistes, principalement durant la période contemporaine (fin du XIXe siècle à nos jours), d’étudier leurs activités et d’en mesurer l’apport à l’histoire de l’art. L’étude prendra deux formes : une étude au cas par cas afin de mettre en valeur les travaux d’une épouse en particulier et une étude comparative afin d’en faire ressortir les similarités ou différences. Enfin, ces recherches se nourriront également de l’actualité, en partie des expositions et des formes de discours employées à leur sujet. Mêlant histoire de l’art et histoire des femmes, ces recherches s’adressent aux étudiants et chercheurs de ces deux disciplines et s’inscrivent dans l’actualité de la recherche.