Alina Szapocznikow et Alina Slesinska : deux sculptrices polonaises dans les collections du Musée national d’art moderne

« Comme vous voyez, elle s’appelle aussi Alina, mais elle est brune tandis que l’autre est blonde1. »

Invité par Marie Gispert, à intervenir à son séminaire de M1 “Genre et transferts culturels”, j’ai décidé de me pencher sur la question des sculptrices étrangères présentes dans les collections du Musée national d’art moderne entre 1947 et 1977. Mon attention s’est plus particulièrement portée sur deux sculptrices polonaises, Alina Szapocznikow et Alina Slesinska, toutes les deux recommandées et soutenues par Jean Cassou. Plusieurs questions ont jailli ; pourquoi ces acquisitions ? Dans quel contexte, artistique et diplomatique, s’inscrivent-elles ? Quel rôle le Musée national d’art moderne joue-t-il par ces acquisitions ?

Continuer la lecture de « Alina Szapocznikow et Alina Slesinska : deux sculptrices polonaises dans les collections du Musée national d’art moderne »
  1. Lettre de Jean Cassou à Madame Lamy de la Direction Générale des Arts et des Lettres, 25 mars 1964. Archives Nationales, 20144707/135 Acquisitions (1963-1972). []

“La spirale n’est qu’un cercle mis en mouvement”. Le Labyrinthe de Françoise Gilot

Françoise Gilot nous a quittés le 6 juin 2023. Une artiste, peintre et écrivaine, que malheureusement encore beaucoup trop ne connaissent que pour avoir été la compagne de Picasso qui a osé dire « non » – un problème sexiste sur lequel écrit Katy Hessel dans The Guardian1. Plus grave, son œuvre reste toujours méconnue car peu montrée. Depuis la parution de Vivre avec Picasso en 1965 qui l’a mise sur liste noire en France, seulement une exposition de ses œuvres a eu lieu, au Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence en 20212. Elle reste absente des grandes expositions collectives d’artistes femmes, comme Elles font l’abstraction au Centre Pompidou en 2021. Si nous voulons en voir plus, il nous faut entreprendre un travail de recherche personnel : chercher les livres, naviguer sur les sites de ventes aux enchères… Pour ma part, j’ai réalisé ce travail dans le cadre de mon master. J’en propose ici un morceau, portant sur la série du Labyrinthe réalisée en 1962-1964.

Françoise Gilot dans son atelier en 1953
Continuer la lecture de « “La spirale n’est qu’un cercle mis en mouvement”. Le Labyrinthe de Françoise Gilot »
  1. Katy Hessel, « ‘Blatant sexism’ : why is a great painter who lived to 101 still defined by a man she left in the 1950s ? », dans The Guardian, 12 juin 2023. En ligne : https://www.theguardian.com/artanddesign/2023/jun/12/blatant-sexism-great-painter-francoise-gilot []
  2. Voir le catalogue d’exposition, Françoise Gilot : les années françaises, Milan, Silvana Editoriale, 2021. Un compte-rendu de l’exposition est également disponible sur ce carnet : https://ombrelles.hypotheses.org/90 []

“Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : natures mortes (3/3)

Matisse, Portrait abstrait de Françoise Gilot, décembre 1917. Reproduite dans Henri Matisse et Pablo Picasso, une amitié racontée par Françoise Gilot, Paris, éditions Robert Laffont, 1990.

Il est impossible de ne pas considérer l’influence de Pablo Picasso quand on étudie Françoise Gilot (1921- ) : le maître est présent aussi bien dans sa vie que dans son œuvre. Toutes les études sur Gilot (peu nombreuses soient-elles) le mentionnent. Mais il n’y a pas que Picasso. Un autre maître qui a été important pour l’éducation artistique de Gilot, et important pour tout chercheur désirant travailler sur elle et son œuvre, est Henri Matisse.

Ce sont ces affinités artistiques, entre Matisse et Gilot, que je propose d’étudier. Ce travail est issu de mon mémoire de M2, “Françoise Gilot, par-delà le masque : les années d’apprentissage (1921-1965)“, soutenu en 2022. Le sujet prendra la forme d’une série de plusieurs articles. Nous continuons avec l’affirmation du regard de Gilot, influencée par les réflexions de Matisse. Ce troisième article conclue un triptyque dont les deux premiers portent sur la couleur et le regard.

Natures mortes

Continuer la lecture de « “Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : natures mortes (3/3) »

“Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : affirmer son regard (2/3)

Toutes les études sur Françoise Gilot (peu nombreuses soient-elles) mentionnent l’influence que Pablo Picasso, l’invidivu et son œuvre, a eu sur elle. Mais il n’y a pas que Picasso. Un autre maître important pour l’éducation artistique de Gilot est Henri Matisse. Elle le rencontre en personne pour la première fois en 1946 ; leur correspondance complète reste encore inédite aujourd’hui, mais la cadette nous rapporte quelques-uns de leurs échanges dans ses divers ouvrages, suffisamment pour procéder à une étude de l’œuvre de Gilot par un prisme matissien.

Lettre d’Henri Matisse à Françoise Gilot, 7 juin 1948. Reproduite dans Henri Matisse et Pablo Picasso, une amitié racontée par Françoise Gilot, Paris, éditions Robert Laffont, 1990.

Ce sont ces affinités artistiques, entre Matisse et Gilot, que je propose d’étudier dans une série de trois articles. Ce travail est issu de mon mémoire de M2, “Françoise Gilot, par-delà le masque : les années d’apprentissage (1921-1965)“, soutenu en 2022. Nous continuons avec l’affirmation du regard de Gilot, influencée par les réflexions de Matisse. Cet article est le deuxième d’une séru de trois, dont le premier porte sur la libération de la couleur.

Affirmer son regard

Continuer la lecture de « “Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : affirmer son regard (2/3) »

“Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : libérer la couleur (1/3)

Toutes les études sur Françoise Gilot (peu nombreuses soient-elles) mentionnent l’influence que Pablo Picasso, l’invidivu et son œuvre, a eu sur elle. Mais il n’y a pas que Picasso. Un autre maître important pour l’éducation artistique de Gilot est Henri Matisse. Elle le rencontre en personne pour la première fois en 1946 ; leur correspondance complète reste encore inédite aujourd’hui, mais la cadette nous rapporte quelques-uns de leurs échanges dans ses divers ouvrages, suffisamment pour procéder à une étude de l’œuvre de Gilot par un prisme matissien.

Lettre d’Henri Matisse à Françoise Gilot, [9 mars] 1948. Reproduite dans Henri Matisse et Pablo Picasso, une amitié racontée par Françoise Gilot, Paris, éditions Robert Laffont, 1990.

Ce sont ces affinités artistiques, entre Matisse et Gilot, que je propose d’étudier dans une série de trois articles. Ce travail est issu de mon mémoire de M2, “Françoise Gilot, par-delà le masque : les années d’apprentissage (1921-1965)“, soutenu en 2022. Nous commençons ce triptyque par la leçon de la couleur retenue par Gilot dans l’œuvre de Matisse, à lire ci-dessous.

Libérer la couleur

Continuer la lecture de « “Henri Matisse ! […] mon préféré parmi les modernes” : libérer la couleur (1/3) »

Fernande Olivier [et Pablo Picasso : dans l’intimité du Bateau-Lavoir]

“Nous avons choisi d’écrire deux textes distincts, assemblés en un seul article afin de compléter nos points de vue en fonction de nos intérêts respectifs. Nous avons visité ensemble l’exposition Fernande Olivier au musée de Montmartre à Paris1 et nos échanges dans les salles ont nourri nos réflexions individuelles. Les voici, en espérant qu’elles vous intéresseront.”
E.B. et A.D.

Je confesse : cette exposition ne m’intéressait pas. C’est à cause du titre ; il laisse supposer une exposition encensant le Picasso des années du Bateau-Lavoir – d’autant plus que l’exposition s’inscrit dans le programme du cinquantenaire de la mort de l’artiste – avec un focus sur sa production inspirée par sa compagne et modèle, Fernande Olivier. Je suis heureux d’écrire que je me suis trompé 1.

Continuer la lecture de « Fernande Olivier [et Pablo Picasso : dans l’intimité du Bateau-Lavoir] »
  1. Et malheureux de ne pouvoir mettre en forme le titre de cet article comme initialement pensé : “Fernande Olivier et Pablo Picasso : dans l’intimité du Bateau-Lavoir“. []

Jeux de mains, jeux de vilains : la main chez Toyen

« Quel siècle à mains1 ! »

Jean Benoît, “L’Écart absolu, c’est toi, Toyen”, 1965. Plâtre et cuir. Collection particulière. Photo par moi-même.

L’exposition « Toyen, l’écart absolu » récemment tenue au Musée d’art moderne de la Ville de Paris s’ouvrait non pas sur une œuvre de l’artiste présentée, mais sur une de Jean Benoît (1922-2010), artiste surréaliste connu notamment pour avoir présenté, le 2 décembre 1959 dans l’appartement de la poétesse Joyce Mansour, l’« Exécution du testament du marquis de Sade »2. Il expose avec plusieurs autres surréalistes (dont Toyen) en 1965 dans l’exposition L’Écart absolu. Le titre est basé sur un concept du philosophe Charles Fourier :

« Il fallait adopter le doute actif, et procéder par écart absolu. Colomb pour arriver à un nouveau monde occidental adopta la règle d’écart absolu, il s’isola de toutes les routes connues, il s’engagea dans un océan vierge, sans tenir compte des frayeurs de son siècle : faisons de même, procédons par écart absolu3. »

Les mots de Fourier donnent son titre à l’exposition internationale du surréalisme de 1966 (qui sera la dernière). Breton les reprendra dans Perspective cavalière, livre rassemblant divers écrits de 1952 à 1966 et publié à titre posthume aux éditions Gallimard4. Cet « écart absolu » dont il est fait mention est cultivé par les artistes surréalistes, dont Jean Benoît. Mais pour lui, comme il le symbolise dans une petite sculpture : L’écart absolu, c’est toi, Toyen (1965).

C’est cette œuvre qui ouvre la rétrospective de Toyen au Musée d’art moderne de la Ville de Paris. Plus encore, elle lui donne son titre : « Cette qualification nous a paru si juste qu’elle s’est imposée pour titre de cette exposition5. » Nous ne reviendrons pas sur la notion d’« écart absolu » pour qualifier Toyen et son œuvre ; Annie Le Brun, commissaire de l’exposition, le fait dans l’introduction du catalogue de l’exposition6. En revanche, nous soulignerons la comparaison qu’elle fait entre Toyen et Arthur Rimbaud : « Un peu à la manière dont Rimbaud a tourné le dos à la littérature », écrit-elle, « Toyen va déserter toutes les voies balisées7. Elle partage également la citation suivante du poète : « La main à plume vaut la main à charrue. – Quel siècle à mains ! – Je n’aurai jamais ma main8 ».

Écart absolu, « nouveau monde » ou « maison fondée par Toyen » pour reprendre les mots de Benjamin Péret9 ; Le Brun écrit – et le montre par le biais de l’exposition – que Toyen « n’aura cessé de tout mettre en œuvre pour le [ce nouveau monde] faire advenir10. » « Elle avait raison, » écrit-elle encore, « elle n’a jamais été peintre, quand bien même aura-t-elle su, mieux que quiconque, les lignes, les couleurs, les figures et les volumes. Seulement, elle regardait, regardait, et, regardant, elle voyait11. »

Toyen, On entend de loin le bruit de pas (détail), 1955. Huile sur toile. Collection particulière. Photo par moi-même.

Le Brun a raison d’insister sur l’œil et la vision. Elle souligne la présence du « [p]rodigieux œil du guetteur » en frontispice de ses albums photos personnels ; souvenons-nous du tableau Objet-fantôme (1937), orbe avec un œil. « Elle ne dort pas et voit ses rêves dans les pierres » écrit Benjamin Péret en 1953. Toyen voit quelque chose que nous autres, de spectateurices, ne pouvons voir.

Mais l’œil n’est pas le seul membre du corps humain récurent dans l’œuvre de Toyen et voir n’est pas la seule action qu’elle effectue. Outre un œil, beaucoup de ses tableaux sont marqués par la présence d’une main. Toyen voit et montre.

C’est donc par le biais de la main que cette courte étude se propose de regarder l’œuvre de Toyen, en prenant comme objets d’étude quelques œuvres vues dans la récente exposition du Musée d’art moderne de la Ville de Paris. En les comparant ces mains entre elles, pluseurs thèmes se sont dégagés. Nous commençons cette étude par la suivante : la main gantée.

Continuer la lecture de « Jeux de mains, jeux de vilains : la main chez Toyen »
  1. Arthur Rimbaud, « Mauvais sang », dans Une Saison en Enfer, 1873. []
  2. Shawn Huffman, « L’exécution du testament du marquis de Sade : performance de Jean Benoît », dans L’Annuaire théâtral, (41), 139-145. En ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/annuaire/2007-n41-annuaire3687/041675ar/ []
  3. Charles Fourier, La Fausse Industrie, morcelée, répugnante, mensongère, Paris, Bossage, 1836 []
  4. Depuis republié aux éditions L’Imaginaire de Gallimard : https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782070743841-perspective-cavaliere-andre-breton/ []
  5. Cartel d’exposition pour Jean Benoît, L’écart absolu, c’est toi, Toyen, 1965 []
  6. Annie Le Brun, « Toyen, l’écart absolu », dans Toyen l’écart absolu [exposition au Musée d’art moderne de la Ville de Paris du 25 mars-24 juillet 2022, précédemment tenue à la National Gallery de Prague (Wadstein Riding School) du 9 avril-15 août 2021 et à la Hamburger Kunsthalle de Hambourg du 24 septembre 2021-13 février 2022], sous la direction d’Annie Le Brun, Anna Pravdova et Annabelle Görgen-Lammers, Paris-Musées, Paris, 2022. []
  7. Ibidem, 11. []
  8. Idem. Le Brun ne le précise pas, mais la citation vient du poème « Mauvais sang » publié dans Une Saison en Enfer, 1873. []
  9. Benjamin Péret dans Toyen, Paris, éditions Sokolova, 1953. []
  10. Annie Le Brun, « Toyen, l’écart absolu », op. cit., 12. []
  11. Idem. []

Ce que nous voyons à travers le trou de la serrure de la chambre secrète

Portrait photographique de l’artiste tchèque Toyen vers 1930. (c) Archives André Breton

“Je rêve donc je suis.”

– Susan Sontag, Le Bienfaiteur, 1963

Pensées libres sur Toyen, sa monographie actuellement au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, le Surréalisme et le rêve.

Continuer la lecture de « Ce que nous voyons à travers le trou de la serrure de la chambre secrète »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search