Jeux de mains, jeux de vilains : la main chez Toyen

« Quel siècle à mains1 ! »

Jean Benoît, “L’Écart absolu, c’est toi, Toyen”, 1965. Plâtre et cuir. Collection particulière. Photo par moi-même.

L’exposition « Toyen, l’écart absolu » récemment tenue au Musée d’art moderne de la Ville de Paris s’ouvrait non pas sur une œuvre de l’artiste présentée, mais sur une de Jean Benoît (1922-2010), artiste surréaliste connu notamment pour avoir présenté, le 2 décembre 1959 dans l’appartement de la poétesse Joyce Mansour, l’« Exécution du testament du marquis de Sade »2. Il expose avec plusieurs autres surréalistes (dont Toyen) en 1965 dans l’exposition L’Écart absolu. Le titre est basé sur un concept du philosophe Charles Fourier :

« Il fallait adopter le doute actif, et procéder par écart absolu. Colomb pour arriver à un nouveau monde occidental adopta la règle d’écart absolu, il s’isola de toutes les routes connues, il s’engagea dans un océan vierge, sans tenir compte des frayeurs de son siècle : faisons de même, procédons par écart absolu3. »

Les mots de Fourier donnent son titre à l’exposition internationale du surréalisme de 1966 (qui sera la dernière). Breton les reprendra dans Perspective cavalière, livre rassemblant divers écrits de 1952 à 1966 et publié à titre posthume aux éditions Gallimard4. Cet « écart absolu » dont il est fait mention est cultivé par les artistes surréalistes, dont Jean Benoît. Mais pour lui, comme il le symbolise dans une petite sculpture : L’écart absolu, c’est toi, Toyen (1965).

C’est cette œuvre qui ouvre la rétrospective de Toyen au Musée d’art moderne de la Ville de Paris. Plus encore, elle lui donne son titre : « Cette qualification nous a paru si juste qu’elle s’est imposée pour titre de cette exposition5. » Nous ne reviendrons pas sur la notion d’« écart absolu » pour qualifier Toyen et son œuvre ; Annie Le Brun, commissaire de l’exposition, le fait dans l’introduction du catalogue de l’exposition6. En revanche, nous soulignerons la comparaison qu’elle fait entre Toyen et Arthur Rimbaud : « Un peu à la manière dont Rimbaud a tourné le dos à la littérature », écrit-elle, « Toyen va déserter toutes les voies balisées7. Elle partage également la citation suivante du poète : « La main à plume vaut la main à charrue. – Quel siècle à mains ! – Je n’aurai jamais ma main8 ».

Écart absolu, « nouveau monde » ou « maison fondée par Toyen » pour reprendre les mots de Benjamin Péret9 ; Le Brun écrit – et le montre par le biais de l’exposition – que Toyen « n’aura cessé de tout mettre en œuvre pour le [ce nouveau monde] faire advenir10. » « Elle avait raison, » écrit-elle encore, « elle n’a jamais été peintre, quand bien même aura-t-elle su, mieux que quiconque, les lignes, les couleurs, les figures et les volumes. Seulement, elle regardait, regardait, et, regardant, elle voyait11. »

Toyen, On entend de loin le bruit de pas (détail), 1955. Huile sur toile. Collection particulière. Photo par moi-même.

Le Brun a raison d’insister sur l’œil et la vision. Elle souligne la présence du « [p]rodigieux œil du guetteur » en frontispice de ses albums photos personnels ; souvenons-nous du tableau Objet-fantôme (1937), orbe avec un œil. « Elle ne dort pas et voit ses rêves dans les pierres » écrit Benjamin Péret en 1953. Toyen voit quelque chose que nous autres, de spectateurices, ne pouvons voir.

Mais l’œil n’est pas le seul membre du corps humain récurent dans l’œuvre de Toyen et voir n’est pas la seule action qu’elle effectue. Outre un œil, beaucoup de ses tableaux sont marqués par la présence d’une main. Toyen voit et montre.

C’est donc par le biais de la main que cette courte étude se propose de regarder l’œuvre de Toyen, en prenant comme objets d’étude quelques œuvres vues dans la récente exposition du Musée d’art moderne de la Ville de Paris. En les comparant ces mains entre elles, pluseurs thèmes se sont dégagés. Nous commençons cette étude par la suivante : la main gantée.

Continuer la lecture de « Jeux de mains, jeux de vilains : la main chez Toyen »
  1. Arthur Rimbaud, « Mauvais sang », dans Une Saison en Enfer, 1873. []
  2. Shawn Huffman, « L’exécution du testament du marquis de Sade : performance de Jean Benoît », dans L’Annuaire théâtral, (41), 139-145. En ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/annuaire/2007-n41-annuaire3687/041675ar/ []
  3. Charles Fourier, La Fausse Industrie, morcelée, répugnante, mensongère, Paris, Bossage, 1836 []
  4. Depuis republié aux éditions L’Imaginaire de Gallimard : https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782070743841-perspective-cavaliere-andre-breton/ []
  5. Cartel d’exposition pour Jean Benoît, L’écart absolu, c’est toi, Toyen, 1965 []
  6. Annie Le Brun, « Toyen, l’écart absolu », dans Toyen l’écart absolu [exposition au Musée d’art moderne de la Ville de Paris du 25 mars-24 juillet 2022, précédemment tenue à la National Gallery de Prague (Wadstein Riding School) du 9 avril-15 août 2021 et à la Hamburger Kunsthalle de Hambourg du 24 septembre 2021-13 février 2022], sous la direction d’Annie Le Brun, Anna Pravdova et Annabelle Görgen-Lammers, Paris-Musées, Paris, 2022. []
  7. Ibidem, 11. []
  8. Idem. Le Brun ne le précise pas, mais la citation vient du poème « Mauvais sang » publié dans Une Saison en Enfer, 1873. []
  9. Benjamin Péret dans Toyen, Paris, éditions Sokolova, 1953. []
  10. Annie Le Brun, « Toyen, l’écart absolu », op. cit., 12. []
  11. Idem. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search