Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure

« La carrière musicale de Gabrielle Buffet prit fin avec la rencontre de Francis Picabia[1] », écrit Maria Lluïsa Borràs dans la préface du livre de la concernée. En effet, Gabrielle Buffet, avant de devenir Mme Buffet-Picabia ou tout simplement Mme Picabia, avait suivi une formation musicale. « Avant de rencontrer Picabia, explique-t-elle, j’étais une musicienne, une vraie, la musique était mon métier[2] ».

Dans un premier temps, je propose de retracer son parcours. Pour commencer, référons-nous à ce qu’écrit Buffet en 1951 au sujet de son rapport avec la musique :

             « Un goût impérieux m’avait depuis mon plus jeune âge attirée vers la musique ; d’abord source de plaisir extraordinaire subi sans aucune suggestion ni éducation aussi directement que le chaud et le froid, puis sujet d’une curiosité non moins passionnée pour ce phénomène dont j’étais le siège : la réalité en moi, impalpable mais impérieuse du monde sonore, de la prédilection quasi viscérale de mon individu pour telle ou telle sonorité, pour tel ou tel rythme audible[3]. »

Continuer la lecture de « Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure »

Introduction du carnet

“À cet être nerveux, exigeant, impressionnable, à cet homme-enfant qu’on appelle un artiste, il faut un type de femme spécial, presque introuvable, et le plus sûr encore est de ne pas le chercher…”

– Alphonse Daudet, Les Femmes d’artistes, 1884, Paris, A. Lemerre, 5.

Alors qu’en 1866, Alphonse Daudet se demandait si l’artiste devait se marier ou non, ce carnet s’interroge sur le statut de la femme d’artiste. Qui est-elle, pourquoi fait-elle cela, quelle est sa place au sein du couple ? Ses casquettes sont nombreuses : modèle, mère, bonne, femme au foyer, artiste, secrétaire, ambassadrice, critique, écrivaine, conservatrice, veuve. Pour ce qui est des motivations de ses activités, elle a été accusée à tort de le faire pour l’argent et a trop souvent été dépeinte comme une profiteuse. En revanche, sa place est claire : elle se tient toujours à l’ombre de son époux l’artiste.


Ce carnet poursuit les recherches commencées en master d’histoire de l’art contemporain, dont le mémoire de M1 portait sur les écrits de Gabrielle Buffet-Picabia et celui de M2 sur les activités de Nina Kandinsky après la mort de son époux. L’intention est d’élargir le champ de la recherche à d’autres femmes d’artistes, principalement durant la période contemporaine (fin du XIXe siècle à nos jours), d’étudier leurs activités et d’en mesurer l’apport à l’histoire de l’art. L’étude prendra deux formes : une étude au cas par cas afin de mettre en valeur les travaux d’une épouse en particulier et une étude comparative afin d’en faire ressortir les similarités ou différences. Enfin, ces recherches se nourriront également de l’actualité, en partie des expositions et des formes de discours employées à leur sujet. Mêlant histoire de l’art et histoire des femmes, ces recherches s’adressent aux étudiants et chercheurs de ces deux disciplines et s’inscrivent dans l’actualité de la recherche.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search