L’Affaire du Cavalier Bleu (1960-1973): Nina Kandinsky VS Lothar-Günther Buchheim

Nina Kandinsky, Studio Lipnitzki, 1937. Épreuve gélatino-argentique. Crédit photographique: © Guy Carrard – Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP. Legs de Nina Kandinsky, 1981.

          De récentes études sur la réception posthume de l’œuvre de Vassily Kandinsky ont montré le rôle important qu’y tint son épouse, Nina Kandinsky1. Si elle fut enthousiaste à travailler avec les galeries et institutions françaises, elle se montra moins enclin à collaborer avec les institutions allemandes. Pendant treize ans, ces dernières se virent refusées tout prêt d’œuvres en sa possession pour leurs expositions sur l’artiste. Ce refus n’est pas sans lien avec l’affaire Buchheim, comme l’explique elle-même N.K. dans son livre, Kandinsky et moi : « Tant que dura mon procès contre Buchheim, par exemple, je n’ai pas lâché une seule œuvre de Kandinsky pour une exposition en Allemagne2. » Qu’est-ce que l’affaire Buchheim, autrement appelée l’affaire du Cavalier Bleu, et qu’est-ce qu’elle impliquait d’aussi grave pour que N.K. refuse le moindre prêt de sa riche collection ?

Continuer la lecture de « L’Affaire du Cavalier Bleu (1960-1973): Nina Kandinsky VS Lothar-Günther Buchheim »
  1. Joséphine Dauphin, « La réception de Vassily Kandinsky en France, 1946-1966 », mémoire de recherche Master 1, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2018-2019. []
  2. N. Kandinsky, Kandinsky et moi, Paris, Flammarion, 1978, 262. []

Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure

« La carrière musicale de Gabrielle Buffet prit fin avec la rencontre de Francis Picabia[1] », écrit Maria Lluïsa Borràs dans la préface du livre de la concernée. En effet, Gabrielle Buffet, avant de devenir Mme Buffet-Picabia ou tout simplement Mme Picabia, avait suivi une formation musicale. « Avant de rencontrer Picabia, explique-t-elle, j’étais une musicienne, une vraie, la musique était mon métier[2] ».

Dans un premier temps, je propose de retracer son parcours. Pour commencer, référons-nous à ce qu’écrit Buffet en 1951 au sujet de son rapport avec la musique :

             « Un goût impérieux m’avait depuis mon plus jeune âge attirée vers la musique ; d’abord source de plaisir extraordinaire subi sans aucune suggestion ni éducation aussi directement que le chaud et le froid, puis sujet d’une curiosité non moins passionnée pour ce phénomène dont j’étais le siège : la réalité en moi, impalpable mais impérieuse du monde sonore, de la prédilection quasi viscérale de mon individu pour telle ou telle sonorité, pour tel ou tel rythme audible[3]. »

Continuer la lecture de « Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search