“Je pense que la peinture est une absurdité” : Françoise Gilot au Musée Estrine

Françoise Gilot : les années françaises – Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence
Commissaires : Elisa Farran (directrice du Musée Estrine) et Annie Maillis (biographe de Françoise Gilot)
Avec la participation de Françoise Gilot.
L’exposition a reçu le soutien de Claude Picasso, Paloma Picasso et Aurélia Engel.

Couverture du catalogue de l’exposition. Image: F. Gilot, La Salade, 1950, coll. part.

            L’été a été aussi long que le XIXe siècle. Il a été rempli d’expositions, certaines bonnes et d’autres mauvaises. Pour ma part, je n’ai malheureusement pas eu l’opportunité de faire toutes les expositions qui m’intéressaient (notamment « Valadon et ses contemporaines » au Monastère Royal de Brou, qui s’est terminée le 5 septembre1 et « Juliette Roche l’insolite » au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon2. J’ai pu, heureusement, faire celle que j’attendais le plus : « Françoise Gilot : les années françaises » au Musée Estrine de Saint-Rémy-en-Provence.

L’exposition

            Les cinq sections de l’exposition s’étalent sur la grande salle du rez-de-chaussée et la grande galerie du premier étage. Les murs sont blancs, rappelant le principe du white cube que beaucoup trop d’expositions adoptent. Mais dans ce contexte, est-ce que les murs blancs gênent ? Les œuvres sont présentées sur un fond neutre, invitant à leur découverte sans influence extérieure, pas même celle d’un cartel. En effet, aucun cartel explicatif n’accompagne la visite. À la place, une aide à la visite avec les commentaires de Françoise Gilot elle-même. Qui de mieux placé pour commenter son œuvre que l’artiste elle-même, encore en vie et disposée ? En voici un exemple, au sujet de la série des « cuisines » :

“De “cuisines“, Picasso en a fait seulement deux, en 1949, une complètement blanche avec uniquement des lignes et une autre où il y a du blanc-gris-noir. Il n’en a pas fait d’autres tandis que c’est devenu un sujet pour moi entre 1951 et 1952. […] Je vivais avec Picasso quand j’ai peint la cuisine : remarquez que je ne faisais pas la cuisine, mais j’ai peint la cuisine […] comme si j’étais dans une prison. […] En général, à cette époque-là, on considérait que la femme c’était la personne qui s’occupe de ses choses de tous les jours tandis que, quand Pablo a fait sa “cuisine“, c’était uniquement un problème plastique de lignes et de rythmique. Il n’y avait pas mis de substrat humain3.”

            Ces commentaires ne sont pas présentés sur des cartels accrochés aux murs mais imprimés sur un prospectus (une “aide à la visite”) que les visiteur-ses récupèrent à l’entrée. Nous faisons donc l’exposition seul-es ou avec nos ami-es, lisant pour nous-même les commentaires devant les œuvres, les confrontant, contemplant l’œuvre par nous-même. Cette expérience est-elle idéale ? Pour la découverte d’une artiste pour la première fois présentée en France, il me semble que oui : les visiteur-ses peuvent s’approprier son œuvre, prennent leur temps pour la découvrir par eux-mêmes. Nous sommes libres d’interpréter comme nous le voulons sans autre influence extérieure que les commentaires de l’artiste elle-même (ces interventions sont-elles d’ailleurs vraiment une influence extérieure ?). Dans ce cadre-là, pour une fois, la neutralité des murs est le bienvenu.

Plan de l’exposition

            Le parcours est chronologique et thématique. Le niveau d’implication de Mme. Gilot est inconnu. Il semble dans tous les cas qu’elle valide les choix qui ont été faits, puisqu’elle a accepté de participer à l’exposition. Qu’en est-il pour la sélection des œuvres ? Les a-t-elle sélectionnées, choisissant celles qui représenteraient le mieux son œuvre ? En a-t-elle prêté quelques-unes de sa propre collection ? Malheureusement les détails de provenance sont tus : nous savons juste qu’elles proviennent de collections particulières.

« Une véritable réhabilitation artistique4 »

            Cette exposition est la première consacrée à Gilot depuis son départ de la scène artistique française dans les années 1960s – plus précisément depuis la publication de Vivre avec Picasso, écrit avec Carlton Lake5. « Cet hommage pictural, peut-on lire, permet de réhabiliter une artiste hors-norme ignorée et même désavouée par la France6 ». L’inédit a été l’argument de promotion de l’exposition ; il nous est d’ailleurs répété à notre entrée par l’employée derrière la caisse.

Denise Colomb, Françoise Gilot à côté de son portrait par Picasso, s.d.

            Beaucoup de visiteur-ses viennent en ne sachant qu’une chose de Françoise Gilot : elle a été la compagne de Picasso. D’office, cette histoire est complétée par l’employée à la caisse, chargée de nous préparer à ce que nous allons voir. Oui, Gilot a été la compagne de Picasso, mais la réduire à cela serait une grave erreur, une que les commissaires se chargent de corriger. Gilot est une artiste-peintre et s’est toujours considérée comme telle. À l’entrée du parcours, les commissaires donnent prennent position : « Car il faut bien parler d’un désaveu quand la France a ignoré une œuvre que l’Amérique honore et qui rencontre un succès important dans le monde7. »

            Qui de mieux placé que l’artiste elle-même pour réintroduire son œuvre en France ? Ses commentaires valent mille études. Elle est honnête et sincère, le discours qu’elle emploie est à la portée de tous-tes, connaisseur-ses comme amateur-ses. Absente physiquement, (l’avion lui est interdit depuis 2015, pour des raisons que nous pouvons supposer être liées à sa santé), Gilot se fait présente par sa parole. Sur ce point-là, les commissaires se montrent intelligentes et humbles : elles se retirent pour rendre la parole à l’artiste, cette même parole qui lui fut retirée il y a soixante ans. Aujourd’hui, enfin, ce droit de parole lui est rendu.

            À la fin du parcours, dans une petite section complémentaire présentant les clichés de Michel Sima de Françoise Gilot et Pablo Picasso, nous sommes invités à l’écouter parler de son travail dans un entretien avec Thomas Gayrard pour le Musée des Cultures taurines de Nîmes en 2012. Au milieu de clichés la représentant tour à tour modèle, « muse » aux côtés du « maître », mère avec ses enfants, Gilot s’exprime sur ce que signifie pour elle être peintre, sur son œuvre et sa conception de l’art – sa raison de vivre.

Françoise Gilot dans un entretien avec Thomas Gayrard pour le Musée des Cultures taurines de Nîmes, 2012

“Faire la peinture c’est justement découvrir ce qu’il y avait dans ma tête. D’ailleurs je dis qu’il y a deux façons de peindre. Ou bien on sait qu’on va aller à Marseille mais on ne sait pas comment on y arrivera, ou bien on ne sait pas où on va aller mais on sait comment y aller. C’est les deux possibilités.”

“Pour moi, Narcisse c’est le peintre. C’est le premier qui a vu une image plate, c’est pour ça qu’il a voulu à tout prix saisir l’image. Donc c’est le premier peintre.”

“Sans ça [peindre], pourquoi est-ce que je me lèverai le matin pour travailler ? Si j’avais vu tout ce que j’avais à voir, je m’arrêterais. Tant que je serai vivante, je respirerai et je ferai de la peinture. C’est comme de respirer pour moi.”8

            Le but de l’exposition n’est pas de présenter une artiste connue et reconnue, mais de la présenter à un public peu familier, de la réintroduire dans son pays d’origine. Le choix du sujet de l’exposition – les années françaises de Gilot – n’est pas anodin : montrer que derrière sa renommée américaine, Gilot a des origines françaises, ses influences sont enracinées dans l’histoire de l’art français. « Les œuvres présentées rappellent à quel point Françoise Gilot est française, d’un pays qui tarde toujours à lui rendre sa place légitime9. »

Quel futur en France ?

            Nous pourrions nous désoler de l’absence d’analyses plus poussées ou de l’intervention d’historien-nes de l’art sur le sujet. C’est, après tout, une des critiques faites à « Elles font l’abstraction » au Centre Pompidou. Mais la situation au Musée Estrine est différente : il n’y a pas de recherches à présenter au public. Le catalogue ne figure que deux textes : le premier, « Françoise Gilot dans le miroir de l’œuvre », a été écrit par Mme. Annie Maïllis10 ; le second, « Françoise Gilot : autour du cercle carré du temps », a été écrit par Mme. Sarah Wilson, historienne de l’art et professeure au Courtauld Institute of Art de Londres. À la fin figure une bibliographie présentant les ouvrages auxquels Gilot a participés. Les curieux-ses qui, comme moi, se précipiteront en ligne pour trouver plus d’articles discutant de l’œuvre de Gilot découvriront bien rapidement qu’hormis pour cette liste d’ouvrages, il n’en existe que très (trop) peu. L’exposition, outre faire découvrir cette artiste au public, peut être interprétée comme un appel à la recherche aux différents corps de métier de la culture : il y a beaucoup de travail à faire sur Françoise Gilot. « Nous espérons, déclarent les deux commissaires, que le mouvement de revalorisation des artistes femmes dans lequel s’inscrit aussi cette exposition contribuera à réparer cette injustice11. » L’objectif est atteint : faire découvrir Gilot et son œuvre, susciter l’attention du public et, possiblement, d’historien-nes de l’art. Qui sait, peut-être parmi les visiteur-ses se sont aussi glissé-es d’autres commissaires et conservateur-trices, etc.

Françoise Gilot, Évier et tomates, mai 1951. Huile sur contreplaqué, 91,8 x 72,8 cm. Musée national d’art moderne, Paris.

            Aujourd’hui, où en est l’œuvre de Gilot en France ? De rapides recherches sur deux musées susceptibles de posséder quelques-unes de ses œuvres nous révèlent ceci : le Musée national d’art moderne possède deux toiles de la série « cuisine »12 ; le Musée d’art moderne de la ville de Paris, lui, n’a rien. Une recherche sur la base Joconde nous révèle dix-huit résultats : seulement six de ces résultats sont des œuvres de Gilot, toutes conservées au Musée Picasso d’Antibes13. D’autres musées possèdent-ils des œuvres de Gilot dans leurs collections ? Si oui, les exposent-ils ? Pour s’en assurer il faudrait prendre le temps de dépouiller tous les catalogues des musées de France. En attendant, je ferai toutefois remarquer que, hormis pour un tableau prêté par le Musée Picasso d’Antibes, toutes les œuvres présentées au Musée Estrine proviennent de collections particulières.

            Enfin, rappelons-nous de « Elles font l’abstraction » au Centre Pompidou. Gilot n’y était pas présentée ; pourtant, elle répond aux deux critères : « elle » fait de « l’abstraction ». Pourquoi n’a-t-elle pas été incluse dans cette (grande) sélection ? A-t-elle seulement été considérée en premier lieu ? Une dernière recherche révèle ceci : l’association AWARE n’a rien sur Françoise Gilot. Son absence est-elle due par un manque de recherches et d’études à son sujet ?

Françoise Gilot en 1955.

            Que réserve le futur pour l’œuvre de Gilot en France ? Les institutions muséales françaises feront-ils, dans les prochaines années, l’acquisition de ses œuvres ? Des recherches seront-elles entamées ? Ou les espérances des commissaires sont-elles trop grandes ? Nous verrons.

  1. Pour une critique de l’exposition, voir le billet d’Eva Belgherbi, « À pas de Brou : brillante exposition “Suzanne Valadon et ses contemporaines (1880-1940)” », publié le 25/08/2021 et disponible ci-contre : https://ghda.hypotheses.org/1658 []
  2. Pour ceux qui, comme moi, l’auraient loupée, « Juliette Roche l’insolite » sera présente au Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence en été 2022 []
  3. F. Gilot, aide à la visite. []
  4. Ariane Combes-Savary, « Françoise Gilot, artiste et compagne de Picasso pendant 10 ans, réhabilitée par le musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence », Franceinfo Culture, publié le 24/07/2021. En ligne : https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/pablo-picasso/francoise-gilot-artiste-et-compagne-de-picasso-pendant-10-ans-rehabilitee-par-le-musee-estrine-de-saint-remy-de-provence_4713289.html []
  5. Françoise Gilot et Carlton Lake, Vivre avec Picasso, Paris, Calmann-Lévy, 1965. []
  6. A. Combes-Savary, op. cit. []
  7. Élisa Farran et Annie Maïllis, cartel d’introduction []
  8. Ces trois citations sont de Françoise Gilot, extraites de son entretien avec Thomas Gayrard pour le Musée des Cultures taurines de Nîmes en 2012. []
  9. É. Farran et A. Maïllis, cartel d’introduction []
  10. Amie et biographe de Gilot, Mme. Maïllis a réalisé entre 1997 et 2010 une série d’entretiens filmés avec l’artiste. Récemment, elle a réalisé Pablo Picasso et Françoise Gilot, « la femme qui dit nom » (Les films d’Ici Méditerranée et ARTE). []
  11. Idem. []
  12. Évier et tomates, mai 1951, acheté par l’État en 1952, et Plat de cerises et couteau espagnol, 1948, don de M. Henri Goetz en 1981. []
  13. Les douze autres résultats sont des œuvres (tableaux, dessins, photographies) dans lesquels figurent ou et dépeintes Gilot. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search