Des femmes et des archives : une réflexion

Exposition « L’Invention du Surréalisme : des Champs magnétiques à Nadja », du 19 mai au 14 août 2021.
Commissariat : Bérénice Stoll, Réserve des livres rares, BNF
Olivier Wagner, département des Manuscrits, BNF
Isabelle Diu, directrice de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet
Jacqueline Chénieux-Gendron, directrice de recherche au CNRS, conseillère scientifique pour l’exposition

Exposition organisée en partenariat avec la bibliothèque littéraire Jacques Doucet
Plus d’informations : https://www.bnf.fr/fr/agenda/linvention-du-surrealisme-des-champs-magnetiques-nadja

« Tu penses à moi, je pense à faire de l’argent / J’suis pas ta daronne, j’te ferais pas la morale / Tu parles sur moi, y a R / Craches encore, y a R / Tu voulais m’avoir, tu savais pas comment faire »

Aya Nakamura, “Djadja”, 2018

Exposer des archives

            Initialement prévue en novembre 2020 pour le centenaire de la publication des Champs magnétiques, l’exposition « L’Invention du Surréalisme : des Champs magnétiques à Nadja » a enfin ouvert ses portes à la Bibliothèque Nationale Française, François Mitterrand. Plus de deux cents pièces ont été tirées des archives de la BNF et de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet pour proposer au public « à suivre les pas d’André Breton, Louis Aragon, Philippe Soupault, Paul Éluard et les autres lorsque, de 1918 à 1928, ils se lancent dans la conquête de territoires inconnus1.» La scénographie est admirable, le visiteur n’a aucun mal à se plonger dans cette ambiance de « folie » de l’après-guerre. J’aimerais aussi louer la narration de l’exposition : une histoire nous est racontée, celle d’une prise de conscience de ses personnages (plus particulièrement d’André Breton). L’invention du Surréalisme est-elle l’histoire d’une maturité ?

            La majorité de l’exposition est constituée de pièces tirées des archives des concernés : revues, lettres, dessins, manuscrits, cartes, photographies ou encore affiches. Le propos se concentre sur les littérateurs du groupe. Il y a toutefois quelques exceptions : nous retrouvons des costumes de Parade d’après les originaux de Picasso (réalisés en 1979 et prêtés par l’Opéra national de Paris), quelques collages de Max Ernst nous sont présentés (comme « Quiétude » de La Femme 100 têtes, 1929), ou encore des tableaux (Le Dresseur d’animaux de Picabia, 1923, prêté par le Musée National d’Art Moderne, ou encore Orphée de Moreau, 1865, qui clôt l’exposition). Ces œuvres sont toutefois secondaires : les véritables pièces de l’exposition, ce sont tous ces documents tirés des archives.
           La recherche en archives est un travail solitaire. Le ou la chercheur.se réserve sa journée à la bibliothèque pour déchiffrer en paix des écritures parfois illisibles et essayer de deviner la pensée de leurs auteur-trices. Ce travail d’archives est, pour beaucoup d’entre nous, la base même de nos recherches. Nous reconnaissons que c’est une chance de pouvoir les consulter, et une chance aussi que certaines institutions telles que la BNF en aient fait l’acquisition et les mettent à notre disponibilité. Dans l’imaginaire commun, les archives sont associées au privé. Moi-même, avant de commencer la recherche, je me visualisais des sous-sols mal éclairés et plongés dans un silence de mort. Je m’imaginais des lieux interdits au public, difficiles d’accès, nécessitant plusieurs justifications et demandes pour avoir droit de lire ces documents précieux. On les voit rarement dans les expositions ; de ce que j’ai pu voir par moi-même, quand des archives sont présentées dans une exposition, elles le sont dans le but de combler un trou ou de souligner un propos. Selon moi, faire une exposition uniquement à partir de pièces d’archives n’est pas une chose si facile : il faut réussir à rendre accessible et intéressant au plus grand nombre de spectateurs des documents compliqués à déchiffrer parfois, qui n’ont sens que dans un certain contexte. On ne s’approprie pas une lettre comme on le fait un tableau : alors qu’un tableau a plusieurs destinataires, la lettre, elle, n’en a qu’un seul. Avec « L’Invention du Surréalisme » toutefois, la BNF réussit admirablement à le faire, comme elle l’avait fait l’exposition consacrée à J.R.R. Tolkien en 2019-2020. Nous ne nous ennuyons pas une seule fois. Les documents sont présentés de sorte que nous puissions nous en approcher et les déchiffrer par nous-mêmes. Le temps de l’exposition, le public est invité à devenir chercheur et à réaliser son travail. Libre à lui de prendre le temps de déchiffrer les écritures et les absurdités que ces jeunes auteurs et artistes ont écrit et dessiné il y a cent ans, s’il le souhaite.

Quelques membres officiels et non-officiels du Surréalisme. Photographie de moi-même.

            « Ces jeunes auteurs ». Non, ce n’est pas un oubli de l’inclusif de ma part. Il n’y a, en effet, que des auteurs. Un mur à l’entrée nous présente quelques membres : Soupault, Aragon, Breton, Eluard, Valéry, Cravan, Apollinaire, Huysmans, Reverdy, Jarry, Lautréamont, etc. Il n’y a aucune femme. En faisant très attention, nous pouvons repérer quelques noms de femmes sur les divers documents présentés : Marie-Berthe Aurenche, Valentine Hugo, Gala Dali, Gabrielle Buffet, Céline Arnauld, Simone Kahn et, évidemment, Léona Delcourt, autrement connue sous le nom de Nadja. Dans le catalogue d’exposition nous pouvons également retrouver les noms de Germaine Dulac, Mic Soupault (aussi connue sous le nom de Mic Verneuil, alias Suzanne Pillard) et Marie-Louise Soupault. À ses débuts, le Surréalisme était un boys club et les femmes y étaient en minorité. Ce n’est qu’à partir des années 1930 que les femmes ont commencé à se faire une place dans le groupe, comme l’explique Mme. Ingrid Pfeiffer dans sa récente exposition « Fantastic Women : Surreal Worlds from Meret Oppenheim to Frida Kahlo »: « Most women artists were younger than the make members and joined the group around 1930, but then participated numerously and regularly in the major international exhibitions […]2. » Elle ne mentionne que brièvement les premières adeptes dans l’introduction du catalogue, en se référant au précieux témoignage de Simone Kahn :

“Simone Kahn has described how, one night, following a game of joining together random words (‘The exquisite corpse will drink the new wine’), the idea arose to now play, as a group, in a similar manner with images. […] ‘Then it was delirium’, as Simon Kahn later wrote: ‘All night long we gave ourselves a fantastic show, with the sensation to get it entirely and to have contributed with the joy to see the rise of unforeseen creatures and yet to have created them. […] There is no doubt that the participation of some of our great painters to the game, originated some true levels. But the true discovery was reserved to those who had no talent.’3

            Dans ce même témoignage, Kahn rapporte la participation aux jeux de deux autres femmes : Suzanne Muzard et Nusch Éluard. D’autres recherches en archives nous révèlent que participaient également à ces jeux Gala Éluard (devenue ensuite Gala Dali), la seule femme représentée dans Au rendez-vous des amis (1922) de Max Ernst, Greta Knutson-Tzara et Valentine Hugo.

Max Ernst, Au Rendez-vous des amis, 1922. Huile sur toile, Musée Ludwig.

            Qu’en est-il des archives de toutes ces femmes ? N’ont-elles pas écrit de lettres, n’ont-elles pas participé aux jeux et autres activités du groupe, n’ont-elles pas gribouillé elles aussi des dessins sur des cartes postales ou des mots dans des marges ? Ces activités n’ont-elles été réservées qu’aux hommes ? Ou n’est-ce pas plutôt que seuls les mots et gribouillis des hommes ont été jugés intéressants à conserver pour la postérité ? La BNF, semble-t-il, n’a conservé que les archives de Léona Delcourt. Ses lettres et dessins adressés à Breton sont présentés dans la dernière partie de l’exposition ; elles permettent au public de mieux comprendre Nadja. Ces archives sont utilisées non pas pour nous présenter la femme mais pour éclairer l’œuvre de l’homme. C’est pour cette raison-même que ces documents ont été conservés, aussi bien par la BNF que par André Breton lui-même.
            Leur absence de l’exposition soulève un problème sous-jacent plus important : elles ne figurent pas dans les archives. Peu de bibliothèques semblent avoir pris la peine de conserver leurs archives avec autant de minutie que celles de leurs homologues masculins. Pour ma part, pour mener à bien mes recherches sur Gabrielle Buffet lors de mon M1, ma première démarche a été de me tourner vers les archives dans l’espoir d’y trouver des choses. Les difficultés se sont aussitôt révélées : les peu de documents existants sont éparpillés dans différentes bibliothèques (la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, la Bibliothèque Kandinsky) ou sont encore dans les archives familiales. Aucun de ces documents n’a été présenté dans l’exposition de la BNF. Peut-être n’étaient-ils pas intéressants, me direz-vous, mais je peux vous citer au moins un document de Buffet qui aurait eu sa place dans l’exposition : le manuscrit de son poème « Le Gambit de la Reine », envoyé à Tristan Tzara pour le numéro 4-5 de DADA en février 1919, accompagné d’un dessin4.

Absence d’archives : le cas de Simone Kahn

Une séance de rêve éveillé au bureau de recherches surréalistes, photo de Man Ray, vers 1924. De gauche à droite : Max Morise, Roger Vitrac, Jacques-André Boiffard, Paul Eluard, André Breton, Pierre Naville, Philippe Soupault, Giorgio De Chirico, Jacques Baron, Robert Desnos. Au centre : Simone Breton.

            Un cas de figure sur lequel j’aimerais m’attarder est celui de Simone Kahn (aussi connue sous les noms de Breton et de Collinet). Dans l’exposition de la BNF, quelques lettres que Breton (son premier époux) lui a adressées sont présentées. Si nous prêtons attention, nous pouvons voir son nom furtivement mentionné dans quelques cartels ou sur quelques documents. Mais nous l’apercevons mieux sur un pan de mur où une photographie a été affichée en grand. Cette dernière représente une séance de rêve éveillé. Nous voyons Robert Desnos assis par terre, en train de raconter son rêve, ses amis penchés au-dessus de lui ; Simone Kahn est au centre de la composition, juste au-dessus du poète, assise à une table et une machine à écrire devant elle. Dans l’introduction de son édition des lettres de Simone Breton à Denise Lévy, Mme. Georgiana Clovile propose l’analyse suivante de cette photographie :

“Seule femme du groupe, entourée d’hommes, […] Simone apparaît à la fois en tant qu’objet de désir et que détentrice du regard collectif, donc à égalité avec ses compagnons. Elle seule possède le pouvoir d’enregistrer la séance à la machine, tout en étant par ce fait réduite à un rôle de dactylo au service des écrivains du groupe. Bref, sur cette photo on peut voir la jeune épouse de Breton soit comme une reine, soit comme une subordonnée, ou plutôt dans une situation antinomique qui combine les deux5.”

            Reine ou subordonnée ? Il semble que Mme. Colvile soit la seule à la présenter comme une reine : elle la met à l’honneur en publiant ses lettres adressées à sa cousine Denise Lévy, lettres qu’elle est allée chercher dans les archives familiales – elles sont la propriété de la fille de Kahn, Sylvie Collinet-Sator, Ces lettres sont absentes de l’exposition, ainsi que toute mention des recherches de Mme. Colvile sur Simone Kahn et d’autres femmes surréalistes6. Notons par ailleurs que les livres de Mme. Colvile n’est pas proposée à la boutique. À dire vrai, ses livres sont aujourd’hui difficiles à trouver à l’achat. Des archives difficiles à consulter puisque conservées par la famille, des publications de recherches difficiles à trouver : il n’est pas facile de se plonger dans les archives de Simone Kahn.

Simone Kahn, photo de Man Ray, v.1925. Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque. © Man Ray Trust / Adagp. Crédit photographique: © Georges Meguerditchian Paris – Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP.

            Au contraire, il est facile de mettre la main sur les correspondances d’André Breton, que ce soit dans les archives (physiques et virtuelles) ou sur les publications. Depuis 2016, soit cinquante ans après sa mort, sa correspondance est peu à peu publiée par les éditions Gallimard. Le premier volume de cette correspondance est justement les Lettres à Simone Kahn : 1920-19607. C’est au total cent soixante-trois lettres, quinze cartes postales, treize télégrammes et deux pneumatiques de Breton à Kahn qui sont réunis dans ce volume, en plus de quelques lettres supplémentaires pour compléter la narration. Mais il y a une grande absence : les lettres de Kahn à Breton. « En revanche, explique Jean-Michel Goutier, il est malheureusement regrettable de ne pas disposer, pour une correspondance croisée, des lettres de Simone, absentes des archives de la rue Fontaine8. » Dix ans plus tôt, Mme. Colvile avait émis le même constat9. Où sont ces lettres ? Il semble surprenant qu’elles n’aient pas été retrouvées dans les archives de Breton. En effet, comme nous l’indique M. Henri Béhar, « de son plus jeune âge jusqu’à la fin de sa vie, [Breton] garda l’habitude de conserver et de classer tout ce qu’il recevait10. » Il ajoute : « Par sa propre décision, l’ensemble devait aboutir sur les rayons de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet11. » D’autres confirment ses dires : « On répliquera que Breton faisait profession d’être un homme public et que ses écrits légitimement nous appartiennent ; qu’il a lui-même prévu le délai et les conditions de la parution de sa correspondance12. » Il semble donc étrange que les lettres que lui adressa Kahn, sa première épouse, n’ont pas été retrouvées. Simple égarement ou perte volontaire ?
            J’émets la théorie que, pour des raisons personnelles, Breton a lui-même « effacé » les lettres de son épouse. Pour soutenir ce propos, j’aimerais rappeler le cas des lettres d’Aragon à Breton. Ces dernières sont entrées à la bibliothèque littéraire Jacques Doucet en 1937 par le don d’une collectionneuse. « Nous ignorons dans quelles conditions, nous rapporte M. Lionel Follet, éventuellement par quels intermédiaires, elle les avait acquises, quand Breton s’en fut dessaisi après sa rupture avec Aragon13. » Ainsi nous avons la preuve que Breton, à la suite d’une rupture, s’est déjà débarrassé de lettres de proches. Peut-être cela fut-il le cas pour les lettres de Kahn : après leur rupture en 1929, il se serait débarrassé des lettres, cartes, télégrammes et autres documents qu’elle lui a envoyé depuis le début de leur relation ; il aurait effacé toutes traces d’elle dans ses archives personnelles, l’aurait réduite au silence.
            Au contraire, Kahn, elle, a conservé ses lettres. Aucun doute que ces archives nous sont précieuses : elle nous fournissent un autre regard sur les évènements qui ont amené à la fin de Dada à Paris et la naissance du Surréalisme (soit la chronologie adoptée par l’exposition de la BNF), mais aussi sur l’homme qu’était André Breton, que ce soit par « le ton si particulier qui résonne dans ces pages » ou encore « la passion, dans ses plus hauts périodes, qui emporte tout sur son passage »14. Grâce à Kahn, Breton l’homme nous survit. Il ne peut pas en être dit autant dans l’autre sens. M. Michel Murat essaye de relativiser : « Bien que les lettres de Simone nous manquent, nous entendons sa voix, une voix circonspecte, qui argumente, hésitant à donner sa confiance15. » M. Murat fait référence à l’exposition sur la correspondance d’André et Simone Breton organisée par la Bibliothèque des Lettres et le département d’Histoire et Théorie des arts de l’École normale supérieure en 201716. Cette exposition-ci présentait plus de vingt manuscrits, en grande majorité les lettres de Breton à Kahn. Encore une fois, les mots de Kahn sont absents ; dans le catalogue, publié trois années après, des extraits de la correspondance de Kahn à Lévy sont présentés en exergue (tirées du livre de Colvile), en supplément, mais ces lettres ne sont pas inclues dans le corpus. La voix de Kahn est indirectement la sienne : elle nous survit seulement à travers ses mots à lui, telle un négatif de photographie. Elle est l’éternelle destinataire de ses lettres, la réceptrice de ses mots. Mais qu’en est-il des siens ?

           Sans doute la retrouvaille de la correspondance de Kahn serait pour les chercheur-ses une découverte de grande valeur. Ainsi, nous pourrions directement étudier sa voix à elle et non l’écho que nous fournissent les lettres de Breton. Nous en apprendrions plus sur elle en tant qu’individu – sa personnalité, son caractère, ce qu’elle aimait et n’aimait pas, ses lectures, ses goûts artistiques – mais aussi sur sa plume – n’est-elle pas une littératrice au même titre que ses homologues masculins ? – ou encore sur sa place et son travail au sein du groupe. En l’absence de telles archives directes, nous devons nous contenter de ce que nous avons la chance d’avoir, comme les témoignages de proches, dont celui de Youki Desnos :

“[…] Ce qu’il y avait de surprenant, c’est le rôle muet que tenaient les femmes. Aucune d’elles n’ouvrait la bouche, sauf Simone Breton lorsque son mari, se tournant vers elle, la questionnait. Car elle était une petite encyclopédie vivante. Je crois que, de tout le groupe, elle était la seule à avoir lu Le Capital de Karl Marx en entier17.”

Simone Kahn dans l’atelier du 42, rue Fontaine, vers 1927. © Collection particulière.

            Le cas de Simone Kahn n’est qu’un exemple pour montrer la difficulté que rencontrent les chercheur-ses désirant travailler sur les femmes du Surréalisme – voire les femmes en général. L’exposition « L’Invention du Surréalisme », aussi bien qu’elle soit, met en lumière une importante question : où sont les archives des femmes ? La faute revient-elle aux institutions qui n’ont pas su saisir l’opportunité d’acquérir de telles archives, ou des hommes qui n’ont pas conservé leurs lettres et leurs manuscrits, qui les ont égarés par accident ou volontairement ? La situation est dans tous les cas la même : il faut beaucoup de détermination de la part du ou de la chercheur-se pour partir à la quête de ces archives et étudier ces femmes.

  1. « L’exposition en détails », L’Invention du Surréalisme, BNF. En ligne : https://www.bnf.fr/fr/agenda/linvention-du-surrealisme-des-champs-magnetiques-nadja []
  2. Ingrid Pfeiffer, « Fantastic Women in Europe, the US, and Mexico », p.26-27. Pour plus d’information au sujet de l’exposition, voir : https://www.schirn.de/en/magazine/context/2020/fantastische_frauen/preview_fantastic_women_surrealism_schirn/ []
  3. Idem, 31. Citation de Simone Kahn tirée de Simone Collinet [Kahn], « The Exquisite Corpses », in Il cadavere squisito, la sua esaltazione, cat. expo. Galleria Schwarz, Milan, 1975, p.30-31 []
  4. Voir lettre de Gabrielle Picabia-Buffet à Tristan Tzara, fin 1918, conservée à la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, TZRC 3051-TZR C 3074 []
  5. Goergiana Colvile (éd.), « Introduction », in Simone Breton, Lettres à Denise Lévy, Éditions Joëlle Losfeld, 2005, p.14 []
  6. Voir par exemple Colvile, Scandaleusement d’elles, Trente-quatre femmes surréalistes, Nouvelles éditions Place, 1999). []
  7. André Breton, Lettres à Simone Kahn, 1920-1960, Paris, Éditions Gallimard, 2016 []
  8. Jean-Michel Goutier (éd.), « Note éditoriale », in André Breton, Lettres à Simone Kahn : 1920-1960, op. cit.,p.20 []
  9. Colvile, « Introduction », in Lettres à Denise Lévy, op. cit., p.16-17 []
  10. Henri Béhar (éd.), « Note sur la présente édition », in André Breton, Correspondance avec Tristan Tzara et Francis Picabia, 1919-1924, Paris, Éditions Gallimard, 2017, p.27-28 []
  11. Ibidem, 28 []
  12. Michel Murat, « Préface », in Au Grand jour : lettres (1920-1930) – un album, André à Simone Breton, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2020, p.9 []
  13. Lionel Follet (éd.), « Note sur cette édition », in Aragon, Lettres à André Breton, 1918-1931, Paris, Éditions Gallimard, 2011, p.61 []
  14. Goutier, « Introduction », op. cit., p.9 []
  15. Michel Murat, « Préface », in Jules Colmart (dir.) et Katia Sowels (dir.), Au grand jour : lettres (1920-1930) André à Simone Breton, p.11 []
  16. « “Dans quelle lumière extraordinaire la toute-sincérité est-elle possible ?” D’André à Simone Breton : Lettres, 1920-1929 ». Exposition autour de la correspondance d’André à Simone Breton, à la Bibliothèque des Lettres et Sciences humaines de l’École Normale Supérieure, 16 octobre 2017-31 janvier 2018. En ligne : https://www.ens.psl.eu/actualites/exposition-autour-de-la-correspondance-d-andre-simone-breton. []
  17. Youki Desnos, Les Confidences de Youki, Paris, Fayard, 1999, p.19. Citée dans Georgiana Colvile, « Introduction » op. cit., 17. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search