« Roberta González, l’art de voler de ses propres ailes »

Retour sur l’exposition consacré à Roberta González (1909-1979) à l’Espace des femmes (Paris) du 9 au 30 septembre dans le cadre des Journées du Matrimoine.

Lors des Journées du Matrimoine les 17 et 18 septembre dernier1, les curieux·ses auront pu découvrir Roberta González (1909-1979) à l’Espace des femmes en la présence de Amanda Herold-Marme, commissaire de l’exposition et historienne de l’art2 et Anne Saubost, comédienne et metteuse en scène.

Quelques mots rapides l’Espace des femmes (33-35 rue Jacob, 75006 Paris), pour celles et ceux qui l’ignorent. L’espace est à la fois une librairie et maison d’édition et une galerie ; ces deux activités sont entièrement dédiées aux femmes (autrices et artistes). La librairie-maison d’édition a ouvert en 1973 sous l’instigation d’Antoinette Fouque (1936-2014), militante féministe et importante actrice dans le MLF (Mouvement de libération des femmes) ; c’est la première consacrée uniquement aux femmes. Fouque explique son rêve réalisé : « Depuis le début, je voulais construire, donner lieu, tracer des voies positives. Je voulais mettre l’accent sur la force créatrice des femmes, faire apparaître qu’elles enrichissent la civilisation, et qu’elles ne sont pas seulement les gardiennes du foyer, enfermées dans une communauté d’opprimées. Je voulais ouvrir le Mouvement à un public : publier3 » La galerie est « [l]a première galerie des femmes en Europe4 » et son ouverture en 1981 fait suite au constat d’Antoinette Fouque à l’époque : les « femmes artistes » (nous reprenons ici son terme) ne représentaient que 5% des acquisitions des musées et seulement 1% des expositions5. Les expositions tenues à la galerie depuis son ouverture sont trop nombreuses pour toutes les citer ; un extrait des expositions de 1981 à 1992 est disponible en ligne (nous y notons une exposition de l’œuvre de Françoise Gilot en 1986, alors que l’artiste est ignorée par les institutions culturelles françaises). Nous pouvons également retrouver les expositions tenues depuis 2007 à la galerie. Aujourd’hui, Roberta González rejoint cette liste d’artistes femmes exposées à la Galerie des femmes.

Roberta González (1909-1979), fin 1930 ou début 1940.

Outre l’Espace des femmes, l’exposition de Roberta González a reçu le soutien de la Julio González Administration. Le seul nom de Julio González est trompeur. En réalité, l’administration s’occupe de trois artistes : Julio González (1876-1942), son frère Joan González (1868-1908) et sa fille, Roberta González, dont il est question ici. Dirigée par Philippe Grimminger, légataire universel de l’œuvre des González, la mission de l’administration est de « défendre les intérêts et d’optimiser la notoriété de la famille González » en se positionnant comme le centre de ressources concernant les œuvres des González. Pour la mener à bien, l’administration mène les activités suivantes : une expertise des œuvres, la défense des intérêts, une recherche encouragée et soutenue et la promotion et diffusion des œuvres. C’est ainsi que nous en arrivons à cette exposition de l’œuvre de Roberta González à l’Espace des femmes.

L’Espace des femmes, avec des dessins originaux de Roberta Gonzalez suspendus devant un miroir. Photo de moi-même, prise le 27 septembre 2022.

Le lieu se présente ainsi : une grande pièce, avec au centre un petit bassin avec fontaine. À l’entrée, une table a été installée pour présenter les récentes publications des Éditions des femmes (comme La femme qui a tué les poissons et autres contes de Clarice Lispector, publié en décembre 2021). Il n’y a pas de livres ou documents sur Roberta González, qu’ils soient édités par les Éditions des femmes ou d’autres maisons. Les recherches de mon côté ont été maigres : il semble que l’ouvrage le plus complet disponible sur l’artiste soit Roberta Gonzalez de Catherine Valogne et Guy Marester, petit livre qui s’emploie à “l’étude d’une artiste à la fois claire et mystérieuse […] [p]ar l’analyse, l’interview, la présentation de documents”6. Le livre est d’ailleurs présenté en vitrine dans le fond de la salle d’exposition.

Roberta Gonzalez, Il brille pour tous, 1972. Huile sur toile, 146 x 115 cm.

Le cartel d’introduction, repris dans le communiqué de presse, nous présente Roberta González comme une artiste multiforme : peintures, dessins, livres (qu’elle écrit et illustre), mais aussi sculpture, céramique et architecture (ces médiums sont absents de l’exposition présente). On nous apprend également que González a été active des années 1920 jusqu’à sa mort en 1976. C’est par ses œuvres tardives que nous commençons notre découverte. Il brille pour tous (1972) est l’œuvre choisie pour illustrer le point culminant de sa carrière, que Amanda Herold-Marme décrit ainsi : « originale, dynamique et colorée, où elle prend son envol7. » Un grand mouvement traverse la toile, de la droite vers la gauche, mené par des oiseaux colorés. « L’oiseau », nous explique Mme Herold-Marme, « émerge dans son œuvre à partir des années 1950 alors que cette artiste passionnée des animaux cherche à voler de ses propres ailes. » Des visages de profils, ceux de femmes, accompagnent les oiseaux dans leur mouvement : pour González, l’oiseau est le « compagnon fidèle des femmes pensives » et les « accompagne dans leur recherche identitaire. »

Roberta González, Torse ardent n°2, 1967-1968. Huile sur toile, 90 x 60cm.

Notre découverte de l’œuvre de Roberta González commence donc par ses œuvres de maturité ; idée originale. Nous voyons dans le sens inverse la figure de l’oiseau apparaître dans la composition : déjà dans Torse ardent n°2 (1967-1968) celui-ci se fait une place difficile derrière le corps de la femme, se confondant avec le fond. Cette œuvre peut rappeler à certain·es des toiles de Toyen, comme Le Paravent de 1966, où un guépard se confond avec le corps de la femme. Les tentatives de González d’allier femme et oiseau semblent commencer à la fin des années 1950 : Léda n°3 (1952), pour laquelle l’artiste a recourt au mythe de Léda et du cygne (Zeus métamorphosé pour la séduire) , ou encore L’Étrange miroir (1952). Dans ces premières apparitions, l’oiseau se distingue de la femme. Il se tient en retrait dans le coin gauche de la toile dans Léda n°3 – en prédateur ou en allié secret ? Pendant ce temps la femme, au centre de la composition, se tient debout, nue, un bras autour de sa poitrine et l’autre cachant pudiquement son entre-jambe. Elle semble consciente d’être observée – si non par le cygne caché dans l’obscurité, par nous le public, auquel elle fait directement face. La femme dans L’Étrange miroir a une posture similaire : debout, sur la moitié droite de la toile. Nue également, elle ne semble toutefois pas avoir conscience d’être observée, ni par nous le spectateur, ni par l’oiseau dans le miroir. Ce dernier est représenté avec un corps humain (torse, bras et jambes reconnaissables) et une tête d’oiseau au long bec. Sa place dans la composition rend son identité ambigüe : est-il une individualité à part de la femme ou est-il son reflet, comme le suppose sa place dans le miroir ? Si nous penchons pour cette hypothèse, nous pouvons alors considérer la toile comme une première tentative d’alliance entre la femme et l’oiseau, non pas par une union physique ou chimérique mais par le reflet.

Roberta González, Léda n°3, 1952. Huile sur toile.
Roberta González, L’Étrange miroir, 1952. Huile sur toile, 46 x 33 cm.
Roberta González, La supplication, 1945-1946. Aquarelle, encre, lavis et fusain sur papier, 64,8 x 90 cm.

L’oiseau est absent des œuvres des années 1940. N’y est présente que la femme, étudiée dans des états différents et à travers différents médiums. Nous retenons La supplication de 1945-46, montrée dans un cadre resserré sur son buste, les mains relevées ; son visage est composé de formes, à la manière cubiste, évoquant presque un masque. Le reste de son corps est hachuré, des traits noirs allant dans différents sens, parfois se croisant, le tout sur sur un fond brun.

Amanda Herold-Marne nous dit malheureusement très peu sur les œuvres antérieures à 1940. L’intérêt pour la femme et son visage se manifeste dès les premières œuvres de González, dont les premières présentées dans l’exposition datent de d’avant 1936 (sans titres) : des portraits d’une jeune fille, blonde, les cheveux attachés derrière la tête, le regard sombre et la bouche rose, un nez massif témoignant déjà, peut-être, d’un intérêt pour les formes.

Roberta González, Sans titre, avant 1936. Huile sur toile, 36 x 36 cm.

Pour les œuvres des années 1930, Amanda Herold-Marne emploie le terme « cubo-surréaliste »8. Deux exemples de la fin des années 1930 (deux huiles sur toile de petits formats) témoignent d’un travail sur la forme (et un peu sur la couleur – notons les contrastes du vert et du rouge et du blanc et du noir dans le tableau du bas). Ce travail nous rappelle celui sur la forme de Pablo Picasso à la toute fin des années 1920 (par exemple, Grand Nu au fauteuil rouge de 1929). Les espaces dans lesquels les formes de González se déploient restent toutefois restreints, autant par le cadre même (de petit format) que la mise en scène d’un espace intérieur (l’espace blanc dans la peinture du haut évoque une fenêtre). Nous pouvons dresser d’autres comparaisons entre l’œuvre de González des années 1940 et le cubisme picassien : La supplication de 1945-46 peut rappeler certaines des œuvres du maître, comme certains bustes de femmes du début de son œuvre (le Buste de femme de 1907, huile sur toile conservée au MNAM Centre Pompidou, ou celui de 1926, fusain et huile sur toile, Musée Picasso, Paris), ou encore la série des Femmes qui pleurent plus tardives9. Ces comparaisons ne sont toutefois que des suppositions : rien n’est dit dans l’exposition ni sur la formation qu’a suivie Roberta González à Paris, ni sur ses relations artistiques et amitiés avec d’autres artistes peintres. Peut-être l’exposition “Picasso et l’exil. Une histoire de l’art espagnol en résistance” de 2019 aux Abattoirs de Toulouse, dans laquelle ont figuré dix-huit œuvres de Julio et Roberta González, a-t-elle apporté quelques réponses à ces questions10.

Picasso, Grand nu au fauteuil rouge, 1929. Huile sur toile, 195 x 129 cm. Musée national Picasso-Paris
Roberta González, Sans titre, 1938-1939. Huile sur toile, 24 x 35 cm.
Roberta González, couverture de Un monde idéal, Éditions La Chouette, L’Hay-les-Roses, 1969.

À la fin de l’exposition sont montrés quelques archives. Nous retrouvons les livres de González (Quelques fameuses recettes de cuisine internationale (s.d.) et La Petite porte : une énigme policière (1946)) ainsi que ses agendas, dont un ouvert devant nous, nous révélant un aperçu dans le quotidien de l’artiste.

C’est une courte exposition que nous proposent l’Espace des femmes et l’Administration González. L’accent est mis sur l’œuvre de maturité de Roberta González, où sa maîtrise des couleurs et des mouvements est parfaitement montrée. Mais qu’en est-il de son œuvre de début, du parcours qu’elle a suivi, de sa formation, de son évolution ? C’est une artiste qui sait « voler de ses propres ailes » que l’Espace des femmes et Amanda Herold-Marme nous présente là ; nous n’en doutons pas. Mais sa découverte réveille notre curiosité. C’est une exposition très silencieuse, dans laquelle nous sommes invité·es à regarder les œuvres avec en tête seulement quelques mots-clefs – cubisme, oiseau, femme.

Roberta González, L’irremplaçable, 23 juillet 1963. Peinture à l’huile sur papier, 48,5 x 65 cm. Musée d’arts de Nantes.

L’exposition nous laisse sur notre faim, on veut en savoir plus ; où se tourner ? Il n’existe (pour le moment) aucune monographie complète sur Roberta González, hormis pour le petit ouvrage de Catherine Valogne mentionné plus tôt. Où voir ses œuvres ? Le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou en conserve six (quatre dessins de 1939, 1941, 1942 et 1952, une peinture (Nu mélancolique, 1950) acheté par l’État en 1952 et une sculpture (Maternité, av. 1940) achetée par l’État en 1940). Une rapide recherche sur la Base Joconde nous indique que cinq œuvres sont conservées au Musée d’arts de Nantes. Mais une grande partie de l’œuvre de Roberta González semble être conservée par la González Administration et les œuvres prêtées cas par cas. Nous concluerons cet article sur les interrogations suivantes : pourquoi préférer un institution privée, ici la González administration, à une institution publique ? Est-ce parce que les institutions publiques ne montrent pas ou peu d’intérêt pour les artistes, dans notre cas Roberta González ? Ou, inversement, l’institution privée limite-t-elle la diffusion de et la recherche sur l’œuvre de Roberta González ? Ces questions mériteraient approfondissements – d’autant plus que Roberta González n’est pas la seule artiste à bénéficier d’un tel fonctionnement, privé plutôt que public.

  1. Évènements organisés entre le 10 et le 18 septembre 2022 par HF Île-de-France : http://hf-idf.org/ []
  2. Autrice de la thèse suivante, dans laquelle un travail sur Roberta González a été réalisé : L’identité artistique à l’épreuve : les artistes espagnols à Paris et l’engagement à partir de la Guerre civile (1936-1956), thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris, Institut d’études politiques, sous la direction de Laurence Bertrand-Dorléac, 2017. []
  3. Antoinette Fouque, « Les éditions des femmes », sur Espace des femmes. En ligne : https://www.desfemmes.fr/historique/. Consulté le 29 septembre 2022. []
  4. « Galerie des femmes », sur Espace des femmes. En ligne : https://www.espace-des-femmes.fr/la-galerie/ . Consulté le 29 septembre 2022. []
  5. Idem. Nous saisissons l’occasion pour rapporter le constat fait par Melon du Lagon (@Melondulagon) des acquisitions et accrochages des artistes femmes au Musée national d’art moderne – Centre Pompidou en 2021 (chiffres récoltés via Videomuseum) et qu’elle a partagé dans un thread Twitter le 24 août 2021 : https://twitter.com/Melondulagon/status/1430179353753755651 . []
  6. Valogne, Catherine et Guy Marester, Roberta González, Paris, Le Muséede poche, 1971. []
  7. Amanda Herold-Marme, cartel de l’exposition reproduit dans le prospectus. Sauf mention contraire, les citations qui suivent sont tirées du même document. []
  8. « L’exposition retrace toute sa carrière, de ses œuvres cubo-surréalistes des années 1930, qui reflètent les turbulences du 20e siècle » []
  9. Femme qui pleure I, 1937. Pointe sèche, aquatinte, eau-forte et acier poli sur cuivre et papier Vregé de Montva, exemplaire 15/15. Fondation Beyeler, Suisse. []
  10. Dans le parcours, les González étaient exposés avec Hans Hartung, époux de Roberta González, dans une salle “González-Hartung”. Pour en savoir plus sur le sujet, voir : “Julio et Roberta González dans “Picasso et l’exil. Une histoire de l’art espagnol en résistance”, Musée les Abattoirs, Toulouse (mars-août 2019)”, Julio Gonzalez Administration, 12 mars 2019. En ligne : https://juliogonzalez.org/2019/03/12/julio-et-roberta-gonzalez-dans-picasso-et-lexil-une-histoire-de-lart-espagnol-en-resistance-aux-abattoirs-de-toulouse/#.Y0g0W3ZBxPY []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Blandine-Abel Delattre (14 octobre 2022). « Roberta González, l’art de voler de ses propres ailes ». OmbrElles. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sipf


Une réponse sur “« Roberta González, l’art de voler de ses propres ailes »”

  1. Je n’ai pas eu la chance de découvrir cette exposition je possède plusieurs œuvres de cette artiste qui n’a pas leu la reconnaissance qu’elle méritait il était temps un grand merci à vous de l’avoir reabilitee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search