L’Affaire du Cavalier Bleu (1960-1973): Nina Kandinsky VS Lothar-Günther Buchheim

Nina Kandinsky, Studio Lipnitzki, 1937. Épreuve gélatino-argentique. Crédit photographique: © Guy Carrard – Centre Pompidou, MNAM-CCI / Dist. RMN-GP. Legs de Nina Kandinsky, 1981.

          De récentes études sur la réception posthume de l’œuvre de Vassily Kandinsky ont montré le rôle important qu’y tint son épouse, Nina Kandinsky1. Si elle fut enthousiaste à travailler avec les galeries et institutions françaises, elle se montra moins enclin à collaborer avec les institutions allemandes. Pendant treize ans, ces dernières se virent refusées tout prêt d’œuvres en sa possession pour leurs expositions sur l’artiste. Ce refus n’est pas sans lien avec l’affaire Buchheim, comme l’explique elle-même N.K. dans son livre, Kandinsky et moi : « Tant que dura mon procès contre Buchheim, par exemple, je n’ai pas lâché une seule œuvre de Kandinsky pour une exposition en Allemagne2. » Qu’est-ce que l’affaire Buchheim, autrement appelée l’affaire du Cavalier Bleu, et qu’est-ce qu’elle impliquait d’aussi grave pour que N.K. refuse le moindre prêt de sa riche collection ?

            En novembre 1959 paraît le livre éponyme de Buchheim sur le Cavalier Bleu, groupe munichois dont Kandinsky fut une figure importante. Précédemment à la publication, N.K. raconte que Buchheim vint la voir à Paris janvier 1957 où il lui présenta son projet et lui demanda son soutien. Toutefois, N.K. lui conseilla de d’abord contacter Ludwig Grote, directeur du Musée Germanique de Nuremberg, qui l’avait déjà contactée au sujet d’un livre sur le Cavalier bleu, de façon qu’ils ne se piétinent pas l’un et l’autre dans leurs recherches respectives. C’était la première condition à son soutien ; la seconde portait sur le texte que produirait Buchheim. « Buchheim, explique-t-elle, devait me soumettre la partie historique du texte, avant de la donner à l’impression » afin d’« éviter que ne se glissent encore des erreurs […] comme ce fut le cas si souvent précédemment, dans d’autres publications sur le même sujet »3. Ce n’est qu’à ces deux conditions que Buchheim recevraient de sa part son soutien et son autorisation pour reproduire des œuvres de Kandinsky. Toutefois Buchheim brisa l’accord : il ne fit le manuscrit à N.K. qu’après l’avoir déjà envoyé en impression, rendant ainsi toute révision impossible. L’affaire aurait pu se terminer là-dessus si le texte de Buchheim avait satisfait N.K. ; ce n’en fut malheureusement pas le cas. « S’il avait lu ce texte, Kandinsky aurait été en rage4. »

            Le livre paraît en 1959 ; il comptait soixante-neuf reproductions d’œuvres de Kandinsky et cinquante-huit œuvres de Franz Marc, elles aussi reproduites sans l’autorisation des ayant-droits. Si le procès fut court avec les héritiers Marc, il ne le fut pas avec la veuve Kandinsky. Pendant treize ans, l’affaire connu un bon nombre de rebondissements : Buchheim perdit la première instance en 1963, intenta un deuxième procès qu’il gagna en 1966, puis N.K. fit appel et finit par gagner le procès en 1971. L’échec de l’appel de Buchheim y mit définitivement fin en 1973. L’affaire dura treize ans – « ma guerre de Treize ans5 », comme l’appelle N.K – et, pendant ces treize longues et pénibles années, les relations de la veuve avec les institutions muséales allemandes ne furent pas des meilleures. En effet, Buchheim fut soutenu par la Städtliche Galerie de Munich. En 1957, le musée reçut un généreux dont de la part de Gabriele Münter, ex-compagne de Kandinsky durant l’époque du Cavalier bleu : plus d’un millier d’œuvres du groupe, dont quatre-vingt-dix peintures de Kandinsky ainsi que trois-cent trente aquarelles et dessins6. En s’attaquant à Buchheim, N.K. s’attaqua également à la Städtliche Galerie en leur faisant savoir qu’elle était « l’unique héritière de l’artiste décédé Wassily Kandinsky7 » et qu’elle possédait également les droits des œuvres qu’ils possédaient, même si ces dernières leur avaient été données par Münter. Le premier jugement rendu en 1963 remet les droits du musée en cause : tous les droits aux œuvres de Kandinsky reviennent à N.K. Un journal de l’époque rapporte :

« Jusqu’à présent, on avait supposé que la ville de Munich, qui avait acquis les œuvres de Kandinsky du temps du Blauer Retier grâce à un contrat de fondation de Gabriele Münter, était en mesure d’exercer de manière indépendante les droits d’auteur associés, en particulier le droit de reproduction. Le service juridique avait exprimé cette opinion dans une déclaration du 10 décembre 1959 et le tribunal régional supérieur de Munich avait également emboîté le pas dans son arrêt du 27 mai 1960.

            Le tribunal régional de Munich II a cependant adopté une position différente. En effet, il interprète la déclaration de Mme Nina Kandinsky du 4 décembre 1957, contrairement à l’opinion précédente, selon laquelle les droits d’auteur sur les œuvres d’art en question sont toujours la propriété exclusive de la veuve de Kandinsky, y compris le droit de reproduction, et puisque la ville de Munich n’a que “l’utilisation” des frais de reproduction entrants8. »

            Ainsi, en donnant tort à Buchheim, le tribunal donne par extension tort à la ville de Munich : l’intégralité de l’œuvre de Kandinsky appartient à sa veuve. L’affaire n’en resta pas là et l’autorité de N.K. fut contestée. Le 24 mars 1966, Buchheim gagne sa deuxième instance contre N.K., en défendant l’intérêt scientifique de son ouvrage. Un journal rapporte sa victoire :

« Buchheim, qui a supposé que Nina Kandinsky avait des intentions malveillantes de falsifier l’histoire de l’art et une haine posthume de l’ancienne partenaire de Kandinsky, Gabriele Münter, a eu un argument facile. Il parle au nom de la science et ne veut pas que des vrilles privées – “encerclement de veuves” – empêchent l’impression d’images qui sont précieuses pour le public9. »

            Malgré la victoire de Buchheim, N.K. n’en reste pas là. Selon elle, comme il est rapporté dans le journal précédent, les « droits de propriété » et les « droits d’auteur » sont deux choses différentes : si Gabriele Münter a en effet les droits de propriété sur les œuvres de Kandinsky qu’elle a donné à la Städtliche Galerie, ni elle ni le musée n’a les droits d’auteur. Elle seule les possède. Elle défend cette position dans un nouvel appel et le tribunal lui donne raison le 14 juillet 1971. Buchheim échouera à relancer l’affaire qui se clôturera sur une victoire de N.K. en 1973. En 1976, dans son livre, N.K. insiste sur cette victoire en écrivant qu’elle est la seule « en possession de tous les droits d’auteur sur l’œuvre de l’artiste, c’est-à-dire toutes celles que je possède personnellement, celles qui se trouvent dans toutes les collections, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, ainsi que celles de la fondation Gabriele Münter [je souligne]10

            Procès gagné, mais à quel prix ? D’un côté, les institutions muséales allemandes, en prenant la défense de Buchheim, se virent refuser tout prêt d’œuvres de Kandinsky par la veuve. Un journal rapporte en 1969 :

« Nina Kandinsky, la veuve de Wassily Kandinsky, ne fournira aucune œuvre de Wassily Kandinsky de sa propriété pour l’exposition “Expressionnisme européen” qui sera présentée l’année prochaine à la Haus der Kunst de Munich et se rendra ensuite à Paris. Elle ne mettra aucune œuvre de son mari décédé à la disposition des expositions allemandes tant qu’elle n’aura pas finalement remporté le procès pour les droits d’auteur des œuvres de Kandinsky, qu’elle dirige contre l’éditeur Lothar Günther Buchheim11. »

            Ainsi, pendant treize ans, les institutions allemandes furent privées de l’aide précieuse de l’unique héritière de l’artiste pour leurs expositions. « . Pourquoi l’aurais-je fait d’ailleurs, écrit-elle, alors que l’atmosphère en Allemagne était tellement empoisonnée12 ? »  D’un autre côté, la réputation de N.K. auprès du public allemand souffrit également de l’affaire. L’ensemble de l’affaire se déroula en Allemagne, alors que N.K. vivait à Neuilly-sur-Seine. N.K. rapporte que Buchheim, au début de l’affaire, l’aurait menacée : « Si vous me faites un procès, je vous dépeindrai sous un mauvais jour dans la presse allemande13. » C’est ce qui arriva : « Au cours de ce procès, je me suis entendu accuser de toutes sortes de choses, telles que ergotage, jalousie, et même, à la fin, âpreté au gain. La presse allemande, presque sans exception, prit le parti de mon adversaire […]14. » N.K. rapporte que Buchheim lança une polémique sur « l’autodafé des veuves15 », dont on retrouve une mention similaire dans un journal cité plus tôt : « encerclement de veuves16 ». L’autorité de N.K. est remise en question : est-ce que son statut de veuve de l’artiste et de son unique héritière lui donne les pleins pouvoir sur son œuvre, ce qui en est fait et, surtout, ce qui en est dit ? Car, si le procès discute avec grand intérêt la différence entre les droits de propriété et les droits d’auteur, il en oublie un autre reproche que N.K. fait à Buchheim : selon elle, ce qu’il raconte dans son livre est faux. « À propos de la vie privée de Kandinsky, l’auteur avait cité toute une série de détails faux. De même, les faits historiques n’étaient pas tous exacts17. » Buchheim voit cela comme un désir de contrôler la narration de la part de la veuve. Cette dernière se défend dans son livre : « La seule qui m’importait, c’était vraiment l’exactitude des faits historiques. Je ne voulais évidemment pas user de mon influence sur les jugements de valeur de Buchheim en tant qu’auteur18. » Elle se défend également de son rôle en tant que « veuve d’artiste » et, par la même occasion, prend la défense de toutes les veuves d’artistes :

« La veuve d’un artiste a une lourde responsabilité à porter – en particulier si son époux a connu la gloire et la célébrité. Elle est la gardienne et l’administrateur du patrimoine artistique. Il faut à une femme, me semble-t-il, beaucoup de courage, une grande confiance en soi, beaucoup de force et courage, une grande confiance en soi, beaucoup de force et une persévérance à toute épreuve pour défendre le patrimoine de son mari dans le monde et dans le commerce de l’art. Elle doit parfois choisir la solitude pour échapper à un public hypocrite et à des calculateurs en veine de flatteries. Et ce faisant, elle tombe souvent en disgrâce – auprès de ceux qui voient leurs intérêts négligés. Il en résulte des rumeurs, des tissus de mensonges et des campagnes de calomnies. Il suffit à la veuve d’un artiste de s’occuper sérieusement de l’œuvre de son mari pour tomber dans le feu croisé de la critique19. »

           « [D]e Paris, écrit-elle encore, je n’avais pas la moindre possibilité de riposter contre ces accusations20. » En prenant cela en compte, nous pouvons supposer que ce livre, mi-autobiographie et mi-biographie de Kandinsky (pour restituer « l’exactitude des faits historiques »), est la réponse de N.K. au public allemand. Rappelons certains faits au sujet du livre : Kandinsky et moi est pour la première fois publié en allemand sous le titre Kandinsky und ich en 1976 aux éditions Kindler à Munich. La publication a donc lieu seulement trois ans après la fin officielle du procès. Il est écrit en allemand, chose surprenante pour les deux raisons suivantes : premièrement, la langue maternelle de N.K. est le russe, et deuxièmement, résidant en France où, nous le verrons, ses contacts avec le milieu artistique est meilleur qu’avec celui d’Allemagne, il lui aurait été plus facile d’assurer la publication en français d’abord, puis en allemand. Pourtant, il faudra attendre 1978 pour une traduction française. Le livre, alors, peut être perçu comme sa réponse définitive aux accusations de Buchheim et la première étape dans la réhabilitation de son image auprès du public allemand – une réhabilitation coupée court par sa mort prématurée en 1980.


  1. Joséphine Dauphin, « La réception de Vassily Kandinsky en France, 1946-1966 », mémoire de recherche Master 1, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2018-2019. []
  2. N. Kandinsky, Kandinsky et moi, Paris, Flammarion, 1978, 262. []
  3. Ibidem, 258. []
  4. Ibid., 259. []
  5. Ibid., 257. []
  6. « The Blue Rider », Lenbachhaus. Consulté le 15 avril 2021. https://www.lenbachhaus.de/en/discover/the-blue-rider []
  7. N. Kandinsky, « Déclaration sans prestation de serment », s.d. [1960 ?], Bibliothèque Kandinsky, sous-fonds Nina Kandinsky, boîte NK-43, inv. n°5428. []
  8. Chri, « Urteilsgründe im Prozeß gegen Buchheim – Kandinsky-Witwe siegt nach Punkten », [Die Abenzeitung ?], 7 Février 1963. Bibliothèque Kandinsky, sous-fonds Nina Kandinsky, boîte NK-43, inv. n°5436. « Bisher war angenommen worden, daß die Stadt München, die die Werke Kandinskys aus der Zeit des Blauen Reiters durch Stiftungsvertrag von Gabriele Münter erworben hat, in der Lage sei, die damit verbundenen Urheberrechte, vor allem also das Recht der Reproduktion, selbständig ausüben könne. Das Rechtsreferat hatte diese Auffassung in einer Erklärung vom 10. Dezember 1959 vertreten, und auch das Münchner Oberlandesgericht hatte sich in seinem Urteil vom 27. Mai 1960 dem angeschlossen.
    Das Landgericht München II hat jedoch einen anderen Standpunkt eingenommen. Es interpretiert nämlich die Erklärung von Frau Nina Kandinsky vom 4. Dezember 1957, abweichend von der bisherigen Auffassung, dahingehend, daß die Urheberrechte an den fraglichen Kunstwerken nach wie vor uneingeschränkt der Witwe Kandinskys zustehen, einschließlich des Rechtes der Reproduktion, und daß die Stadt München lediglich die “Nutzung” an den etwa eingehenden Reproduktionsgebühren habe. » Traduction de moi-même. []
  9. G.J., « Neue Normen ? Buchheim und Nina Kandinsky », Stuttgarter Zeitung Nr.86, 15 avril 1966, 33. « Buchheim, der Nina Kandinsky schikanöse Absichten, die Kunstgeschichte zu verfälschen, und einen posthuman Haß auf Kandinskys einstige Lebensgefährtin Gabriele Münter unterstellt, hatte leicht argumentieren. Er spricht im Namen der Wissenschaft und möchte nich, daß private Rankünen – “Witwenumzingelungen” – einen Abdruck von Bildern verhindern, die für die Oeffentlichkeit wertvoll sind. » Traduction de moi-même. Les passages en italique correspondent aux passages soulignés en rouge dans les pages conservées dans les archives de N.K. (ont-ils été soulignés par elle-même ?). []
  10. N. Kandinsky, Kandinsky et moi, op. cit., 258. []
  11. S.Z., « Nina Kandinsky verweigert Lehgaben », [journal inconnu], 26 novembre 1969, 11. « Nina Kandinsky, die Witwe von Wassily Kandinsky, wird zur Ausstellung “Europäischer Expressionismus”, die im kommenden Jah rim Haus der Kunst in München gezeigt wird und anschließend noch nach Paris gehen soll, aus ihrem Besitz keine Werke von Wassily Kandinsky zur Verfügung stellen. Sie werde deutschen Ausstellungen keine Werke ihres verstorbenen Mannes zur Verfügung stellen, so lange sie den Prozeß um die Urheberrechte an Werken Kandinskys, den sie gegen den Verleger Lothar Günther Buchheim führt, nicht endgültig gewonnen habe. » Traduction de moi-même. []
  12. N. Kandinsky, Kandinsky et moi, op. cit., 262. []
  13. Ibidem, 260. []
  14. Ibid., 257. []
  15. Ibid., 261. []
  16. G.J., « Neue Nomen ? Buchheim und Nina Kandinsky », op. cit. []
  17. N. Kandinsky, Kandinsky et moi, op. cit., 259. []
  18. Ibidem, 258. []
  19. Ibid., 261. []
  20. Ibid., 260. []

Une réponse sur “L’Affaire du Cavalier Bleu (1960-1973): Nina Kandinsky VS Lothar-Günther Buchheim”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search