Ce que nous voyons à travers le trou de la serrure de la chambre secrète

Portrait photographique de l’artiste tchèque Toyen vers 1930. (c) Archives André Breton

“Je rêve donc je suis.”

– Susan Sontag, Le Bienfaiteur, 1963

Pensées libres sur Toyen, sa monographie actuellement au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, le Surréalisme et le rêve.

André Breton est décédé le 28 septembre 1966. Quelques heures auparavant, il était à Saint-Cirq-Lapopie, petit village dans le Lot, « le village préféré des français ». Breton y avait fait l’acquisition d’une vieille maison place Carol, à la fois à proximité de l’église et surplombant la vallée. C’est dans cette maison qu’il a passé ses derniers jours, qu’il partageait avec l’ancienne mairie du village, alors en pleine destruction. En effet, il savait qu’il partirait quand le bâtiment serait intégralement détruit. Il a confié cette prédiction à Toyen, alors à ses côtés1.

J’ai découvert Toyen à Saint-Cirq-Lapopie en le 26 août 2020. Par pur hasard, évidemment ; c’est toujours dans ces circonstances que l’on fait les meilleures découvertes. Mes parents louaient un gîte à proximité. J’ignorais que la Maison d’André Breton, ainsi qu’est nommée sa résidence aujourd’hui, se trouvait à proximité. C’est mon frère qui m’informa, alors que j’étais en route pour les rejoindre, qu’il y avait une randonnée appelée « Sur les pas d’André Breton ». Quelques recherches pour en trouver la raison m’ont amené à découvrir l’existence de la Maison d’André Breton et ont redoublé mon excitation pour ces vacances dans le Lot.

Vue de Saint-Cirq-Lapopie, matinée pluvieuse, août 2020.
(c) B.-A. Delattre. La Maison d’André Breton est identifiable par sa tour, en bas à gauche.

La Maison était, à mon plus grand regret, fermée pour travaux. Je ne pouvais que l’admirer de loin : son portail en fer prenant la forme d’un œil, ses vieilles pierres, son apparence beaucoup plus délabrée que la majorité des maisons du village. J’ai montré la Maison à mes parents, je leur ai dit, « la voici, c’est la Maison d’André Breton. »

– J’aimerais mettre au point mes sentiments vis-à-vis du « Pape » du Surréalisme. Je ne l’admire pas. Il m’a souvent fait rire, à se fâcher avec tout le monde, pour des raisons que l’on pourrait croire être liée à son ego mais qui, peut-être, relèvent d’autre chose, de convictions profondes dont il refusait le moindre compromis. À défaut d’appliquer des règles aussi strictes à sa propre vie, il les appliqua autour de lui. J’y reviendrai. Ces souvenirs ne sont pas à propos de lui. –

Entrée de la Maison d’André Breton à Saint-Cirq-Lapopie, août 2020.
(c) B.-A. Delattre

Un vieil homme qui fumait m’a entendu. Nous avons un peu échangé sur le sujet, sur le Surréalisme, sur les raisons qui avaient amené Breton a venir à Saint-Cirq-Lapopie dans les années en 1951. Ce sont des années de la vie du poète-théoricien et du Surréalisme que je connais mal, m’étant jusqu’à maintenant surtout informé sur les débuts et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Je crois que c’est là que j’ai pour la première fois entendu parler de Toyen, lors de cet échange avec cet homme. Son nom est apparu au détour d’une phrase, sans grande pompe, si bien que j’ai eu du mal à comprendre au début. Qui ça ? Je me rappelle m’être senti complètement ignare. Il m’a donné à lire Radovan Ivsic, Rappelez-vous cela, rappelez-vous bien tout, poète et dramaturge croate venu se réfugier en France dans les années 1950. Ce livre, très court, raconte quelques relations d’Ivsic avec le Surréalisme et certains de ses membres, dont André Breton, ainsi que sa mort en septembre 1966 et son rapatriement de Saint-Cirq-Lapopie à Paris. Il y raconte également son amitié avec Toyen, qui a duré toute la vie de cette dernière.

Annotation manuscrite au dos :
« St-Cirq-Lapopie, août 1962. Robert Lagarde, Mme Lagarde, Jaques Mer, Toyen, Elisa, Simone Dax, J. CI Silbermann, Marie-José, Alain Joubert, Nicole Espagnol. »
(c) Archives André Breton

L’homme avait les clefs de la Maison. Est-ce que je voulais la visiter ? Avec grand plaisir. La maison était vieille, mal entretenue, mais la municipalité avait enfin accepté d’y remédier. Depuis le temps j’ignore comment sont avancés les travaux. Quelques objets étaient encore conservés dans le lieu : la lourde et imposante table en bois que la fille, Aube Breton-Elléouët, n’a pas réussi à récupérer ; la chaise étrange dans laquelle siégeait fièrement Breton lors de réunions et discussions ; sa collection de bénitiers ; un pavé sur lequel avait été dessiné un visage, on ne sait par qui. Je pourrais continuer un moment cette énumération, mais je la couperai court en terminant sur deux autres objets. Le premier : un collage encadré d’un coquillage avec des jambes de femmes à talons noires, le tout au milieu d’une constellation d’étoiles. Il m’a rappelé la Main coquillage de Dora Maar (1934). Mais à sa différence, le collage n’exprimait pas un mystère dont on craindrait la réponse. Plutôt, il exprimait un certain humour. Un coquillage avec des jambes au flottant dans l’espace. On était plus dans quelque chose d’absurde que dans une vision d’horreur. Le second : un tableau, une huile sur toile, complétée avec des collages. On y voit le visage d’une femme, peint dans des teintes bleues, voilée. Sa peau est bleue, ses lèvres d’un bleu plus foncé. Son corps est invisible et se confond avec le fond, bleu. Son œil droit est recouvert d’un coquillage, ou de l’image d’un coquillage qui a été collé dessus, pour être exact. Dans le coin gauche ont été collées onze lettres pour former un nom : André Breton. Ils tombent de la feuille, retenus seulement par le cadre, cloués dans cet espace comme des papillons attrapés.

Toyen, Vis-à-vis, 193. Collages. Paris, collection particulière.
(c) B.-A. Delattre

« De qui est ce tableau ? » ais-je demandé. L’homme m’a répondu que ce n’était pas sûr, mais probablement de Toyen. En y repensant, et maintenant que je suis un peu plus familier avec son œuvre, je pense que le collage du coquillage aux jambes de femmes l’est aussi : on y retrouve le même humour de la juxtaposition d’images que dans certaines de ses œuvres, comme la série Vis-à-vis (1973), actuellement exposée au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en ce moment. Le tableau, quant à lui, évoque le même sentiment que le reste de son œuvre. Pardon, ce que je dis n’est pas très objectif, mais comment parler objectivement de l’œuvre de Toyen quand son propos intention même n’est pas de l’être ?

Le départ a été rude mais a inévitablement eu lieu. Avant de partir, l’homme m’a informé qu’une exposition monographique sur Toyen se préparait à Paris – il m’avait dit le Centre Pompidou, c’était finalement le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Je l’en ai remercié, mes parents et moi sommes partis. Je suis revenu quelques jours plus tard – un jour pluvieux, bien ma chance – pour le remercier de tout : la visite, Rappelez-vous cela, rappelez-vous bien tout d’Ivsic, que j’avais dévoré en l’espace de quelques jours et qui m’avaient fait découvrir tout un côté de Breton et du Surréalisme que je ne connaissais pas.

Mais j’ignorais toujours qui était Toyen. Je n’avais jamais entendu parler d’elle avant. C’est Ivsic qui m’en livre un premier portrait d’elle, qu’il rencontre au café Le Musset :

« Les autres [du groupe] sont assez jeunes, sauf une personne un peu plus âgée qu’eux ou moi, dont l’intensité du visage attire tout de suite mon attention. Lorsque j’apprends son nom : Toyen, j’en suis bouleversé. Ce nom, je le connais depuis 1939, quand, à dix-huit ans, j’avais trouvé dans une librairie de Zagreb l’étonnant Dictionnaire abrégé du surréalisme où m’avait fortement frappé la reproduction en noir et blanc d’un tableau, La Dormeuse, signé Toyen. Il m’avait fallu quinze ans pour que, ne sachant même pas s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme, je découvre celle dont je n’avais plus rien vu d’autre ni même entendu parler. Cette rencontre illumine ma première venue au “café” surréaliste. Mais je ne peux imaginer que je vais avoir bientôt l’immense chance que Toyen devienne ma plus proche amie ((Ivsic, Rappelez-vous cela, rappelez-vous bien tout, op. cit., 44.)). »

Photographie du groupe surréaliste au café de la place Blanche en 1953 accompagnée d’une autre photographie du groupe. Toyen est la deuxième assise à la table en partant de la droite. (c) Archives André Breton

Qui est cette artiste qui impressionne donc autant Ivsic et Breton ? Je n’avais jamais entendu parler d’elle. On ne peut pas tout savoir, me dis-je pour rassurer mon ego, mais il n’est jamais trop tard. Dès que j’ai du réseau je recherche des informations sur Toyen. Ma première approche est Wikipedia. Née en 1902, décédée en 1980, biographie lacunaire et, hormis pour les noms d’André Breton et Philippe Soupault, je n’en reconnais aucun autre. Elle m’est une parfaite inconnue.

Toyen, Sans titre (Fille rêvant), 1930. Encre et aquarelle sur papier, 25 x 21 cm. (c) Collection MONY VIBESCU

Ensuite je recherche ses œuvres. L’écran de portable ne leur rend définitivement pas justice. Je suis alors plus attiré par ses dessins. Les illustrations de Sade surtout, mais pas par intérêt pour l’auteur ou ses livres, que je n’ai jamais lus. Non, ce qui m’attire est la fausse innocence des traits des jeunes filles, comme celle-ci allongée sur un divan, nue sauf pour un gilet bleu pâle, semblant être en train de rêvasser de phallus en érection. Quelque chose m’intrigue. Ce sont souvent des dormeuses que Toyen dessine, toujours avec des traits fins, comme pour faire attention de ne pas les réveiller alors qu’elle les matérialise sur la feuille. C’est drôle, en y pensait, qu’elle dessine autant de dormeuses pour finalement la rendre absente de son tableau La Dormeuse. Où est-elle ? En train de dormir sur la feuille. Sa place n’est pas dans la toile. Cet espace-là est réservé à celui du rêve.

Styrsky et Toyen à la Galerye Ales à l’Umelecka Beseda [Cercle d’Art], Prague, novembre 1931

Ce qui m’a d’abord marqué chez Toyen est l’ambigüité volontaire de son genre. Dans toutes les photos que l’on connaît elle, son corps est caché derrière des vêtements, féminins ou masculins. Par exemple, elle porte une robe et des talents dans une photo avec son camarade et ami Styrsky ; mais son corps est caché dans un imperméable. Dans d’autres photos, on la voit dans une grande salopette. J’allais écrire qu’au contraire de certaines autres femmes surréalistes que nous connaissons (je pense à Leonor Fini), Toyen ne travaille pas son apparence. Mais je me rends compte que c’est faux. Elle la travaille, tout autant que Fini par exemple, mais son but est de se cacher. L’apparence, le « moi » extérieur, n’est pas ce qui la préoccupe.

Pardonnez mon Nietzsche ; je ne l’ai pas beaucoup lu, mais le peu que j’ai lu m’a marqué et me paraît pertinent dans ce texte. Dans La Naissance de la tragédie, Nietzsche développe les fameux concepts de pulsions apollinienne et dionysiaque2. La pulsion apollinienne est celle qui nous pousse à rationaliser l’irrationnel. C’est une pulsion, nous n’y pouvons rien : quand nous nous retrouvons fasse à quelque chose que nous ne pouvons expliquer, il nous faut la réduire à quelque chose que nous pouvons « toucher », comprendre, saisir. Réduire quelque chose de complexe en une apparence, par exemple. C’est cela que nous faisons avec nous-même. « Je suis vaste, je contiens des multitudes3 » ; nous ne pouvons exprimer ces multitudes tout le temps, ni aux autres ni à nous même, alors il faut les réduire en une apparence. Mais cette apparence est aussi la première approche que l’autre aura de nous et, à force, c’est l’image que nous renverra le miroir de nous-même. On ne le dit que trop souvent : les apparences sont trompeuses. Mais la non-apparence, c’est-à-dire, pour reprendre des termes nietzschéens, la liberté de la pulsion dionysiaque sans encadrement, sont insupportables. Comment trouver un équilibre entre les deux, c’est-à-dire créer une apparence qui ne trompe pas et reflète au mieux, mais pas dans son intégralité et sa pureté, le « moi » intérieur, si multiple et complexe ?

Portrait photographique de Toyen en 1948. (c) Archives André Breton

La solution chez Toyen a été la neutralité et l’indifférence. Son apparence, qui comprend aussi bien sa façon de s’habiller, son nom et tout élément de sa vie que nous pourrions savoir, ne nous révèle rien d’elle-même. À première vue nous pourrions douter de son genre. Le pseudonyme qu’elle a adopté ne nous révèle rien de ses origines. En tchèque, elle utilise le neutre pour parler d’elle-même. En français, elle emploie le masculin non comme une affirmation masculine mais parce que les limites de la langue font que c’est ce que nous avons de plus proche de la neutralité. Nous ne savons presque rien de sa vie personnelle. Les études à son sujet commencent toutes par ses vingt-ans, quand elle apparaît pour la première fois sur la scène artistique tchèque. Existait-elle avant ?

Dans son attitude d’indifférence, Toyen me rappelle Duchamp. Lui aussi ne laissait rien transparaître de lui-même. Ce n’est que tard dans sa vie qu’il a commencé à révéler des choses personnelles, brièvement, puis ses proches ont pris le relais après sa mort. Mais Duchamp jouait aussi avec le public : il y a une conscience des archives et de laisser des traces, ou plutôt des solutions à ses énigmes, à un public et des spécialistes curieux. Nous pouvons citer le cas de la Boîte verte, boîte regroupant un ensemble d’archives de tout genre et relatives à la création de La Mariée mise à nu par son célibataire, même. Depuis la mort de Duchamp, nous avons appris beaucoup de choses sur sa vie personnelle grâce aux archives laissées. Grâce à elles, Bernard Marcadé a pu écrire sur lui une biographie de six cent huit pages4. Mais une telle biographie serait-elle possible pour Toyen ?

Toyen, Le Secret de la chambre secrète sans serrure, 1966. Huile et collage sur toile, 73 x 115,7 cm. Collection particulière.

Toyen est « le secret de la chambre secrète sans serrure ». Au contraire de Duchamp, il n’y a pas de réponses aux mystères qu’elle nous pose. Elle nous les refuse, car le mystère est ce qui prime. Qu’est-ce qu’un mystère résolu ? Une déception, une anecdote, quelque chose de trivial. Les explications sont volontairement lacunaires dans sa monographie au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Il y a des cartels pour expliquer les grands thèmes, mais c’est tout5. Si dans d’autres questions l’absence d’explications a été soulevé comme étant un problème. Les mots dénatureraient les œuvres. Via le médium de la peinture, Toyen a déjà cherché à abstraire (dans le sens premier, c’est-à-dire « isoler, par l’analyse, un ou plusieurs éléments du tout dont ils font partie, de manière à les considérer en eux-mêmes et pour eux-mêmes6 ») sa pensée intérieure. Les mots n’ajouteraient qu’une abstraction supplémentaire et, pour reprendre Platon, nous éloigneraient de l’Idée originelle. C’est un problème auquel j’ai moi-même été victime. Quand j’ai découvert l’ambigüité du genre de Toyen et sa tendance à se genrer au masculin ou au neutre, je me suis référé aux mots que j’avais à ma disposition et l’ai qualifiée de « non-binaire ». Vous voyez la pulsion apollinienne en action : j’ai éprouvé la nécessité de rendre compréhensible, et par là de réduire, quelque chose que je ne comprenais pas pour le rendre compréhensible. C’est à cause de cette même pulsion que nous pouvons parfois retrouver le terme de « troisième genre », parce que nous avons un besoin de catégoriser les choses selon un certain ordre.

Toyen, On entend de loin le bruit de pas, 1955. Huile sur toile, 92 x 74 cm. Paris, collection particulière.

Il faut lutter contre cette pulsion apollinienne face aux œuvres de Toyen. C’est, d’ailleurs, la chose à laquelle ont toujours travaillé les Surréalistes : transgresser les frontières posées par cette pulsion qui appelle à la rationalité et libérer l’autre pulsion, la pulsion dite dionysiaque, en référence au dieu grec Dionysos, dieu des excès, de la folie et de la démesure. Les Surréalistes ont compris que cette pulsion dionysiaque s’exprimait dans les rêves. Comment la retranscrire dans la réalité, tout en sachant que peu importe l’apparence qu’on lui donnera, elle ne pourra être que réductrice et partielle ? La poésie a d’abord été le seul art autorisé. Mais elle a ses limites et nécessite des outils pour la comprendre. La poésie n’est pas à la portée de tous, elle est elle aussi prisonnière de certaines règles. Les Surréalistes littéraires ont travaillé à sa libération : cadavres exquis écrits, hypnose, textes à plusieurs mains… Non seulement la poésie a-t-elle ses limites, mais la libération de la pulsion a également des risques. Breton, pour revenir à lui, en a lui-même été témoin, notamment face au cas de Nadja7. Breton se confronte donc à un paradoxe, entre désir de libérer la pulsion dionysiaque, autrement dit le « moi » intérieur, et la peur qu’elle ne prenne le dessus et nous submerge. Susan Sontag imagine les conséquences qu’aurait la réussite de la libération du rêve dans Le Bienfaiteur, que je ne peux que vous encourager à lire8.

Toyen trouve l’équilibre nécessaire. C’est en cela qu’elle est l’épitome des recherches surréalistes. Déjà, son médium n’est pas la poésie privilégiée par les premiers membres, mais la peinture. Au contraire de la poésie ou de la musique, dont Gabrielle Buffet rappelle les limites9, la peinture est plus facilement compréhensible. Les recherches picturales du début du siècle ont révélé la possibilité d’une peinture pure, qui se suffirait à elle-même et qui dénaturerait le moins possible intentions originelles de l’artiste10. Pour amener l’intérieur à l’extérieur, la peinture est donc le médium parfait. Toutefois, comme le rappelle judicieusement l’exposition du MAM, Toyen ne fait pas de la peinture pour de la peinture. Elle n’est qu’un moyen pour accéder à autre chose. Ses recherches se différencient donc d’autres artistes, comme Kandinsky, maître de « l’abstraction lyrique » et pour qui la peinture est finalité.

super tricheuse — À une certaine heure, Toyen (Marie Čermínová),...
Toyen, À une certaine heure, 1963. Huile et collage sur toile, 49 x 39 cm. Paris, collection particulière

Les peintures de Toyen sont des aperçus. Ce sont les visions que l’on peut avoir si l’on regardait à travers la serrure d’une porte. La chambre secrète n’a pas de serrure à déverrouiller avec une clef, mais elle a une serrure sur laquelle nous pouvons coller notre œil et essayer d’avoir un aperçu de ce qu’il se cache de l’autre côté. Et qu’y voyons-nous ? Des formes, que notre pulsion apollinienne va rationnaliser en des formes que nous connaissons, comme des corps de femmes, des animaux, des fleurs, des objets. Nous ne comprenons pas. Nous ne pouvons pas comprendre, parce que ce que nous avons sous les yeux n’est qu’un aperçu, qu’un fragment, qu’une abstraction de l’entièreté du rêve. Survivrions-nous à la vue d’ensemble ? Nous en deviendrions fous.

Il est temps de conclure cet exercice de mise en mots de mes pensées. Ce n’est jamais un exercice facile. Peut-être aurais-je dû me forcer à écrire quelque chose de plus scientifiquement correct, mais la chose est très difficile, voire impossible, quand le sujet est quelque chose ou quelqu’un comme Toyen. Toyen est une énigme sans réponse, à l’image du comte de Lautréamont qu’admirent tant les Surréalistes mais dont ils ignorent tout11. Elle est « la fille née sans mère12 » venue de nulle part, arrivée là par une porte qu’elle seule peut ouvrir et traverser. « Toyen, qui travaille sans harnais de sécurité au-dessus du toit abrupt de son profond somnambulisme, divaguant sans un geste, ressentant sans cesse une malédiction au-dessus de l’ivresse13 »  « Elle ne dort par et voit ses rêves dans les pierres », écrit Benjamin Péret14. Toyen réussit à libérer suffisamment le rêve – l’irreprésentable, l’innommable, l’impensable – pour nous le révéler mais parvient à ne pas y succomber. Ce n’est pas un exercice facile ; c’est ce qui fait d’elle la baronne du Surréalisme et de sa peinture l’épitome des recherches du groupe.

Toyen à Prague en 1921

Pour aller plus loin :

Toyen, Masque du Fou pour la pièce de théâtre de Radovan Ivsic Le Roi Gordogane, 1976. Collages, 35 x 25 cm. Paris, collection particulière

Sur Toyen

  • Anna Pravdova, Annie Le Brun, Annabelle Görgen et al., Toyen l’écart absolu : [publié à l’occasion de l’exposition “Toyen, l’écart absolu” au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, du 25 mars 2022 au 24 juillet 2022, et précédemment tenue à la Hamburger Kunsthalle de Hambourg, du 24 septembre 2021 au 13 février 2022 et à la National Gallery de Prague (Waldstein Riding School) du 9 avril au 15 août 2021], Paris-Musées, Paris, 2022.
  • Karel Srp, Jacques Beauffet, Toyen [Texte imprimé] : une femme surréaliste : [Exposition du 28 juin au 30 septembre 2002] / [Saint Etienne Métropole, Musée d’Art Moderne], Artha, Lyon ; Saint Étienne Métropole : Musée d’art moderne, 2002
  • Elisabeth Lebovici, “Viendra le temps… Toyen (au musée d’Art moderne de Paris)”, publié le 28 avril en ligne : http://le-beau-vice.blogspot.com/2022/04/viendra-le-temps-toyen-au-musee-dart.html

Sur le Surréalisme

  • Archives André Breton, en ligne : https://www.andrebreton.fr/
  • La Maison d’André Breton, centre international du Surréalisme et des Citoyen-nes du Monde, en ligne : https://www.maisonandrebreton.fr/
  • André Breton, Nadja [1929], Gallimard, Paris, 1964.
  • Whitney Chadwick, Women Artists and the Surrealist Movement, Thames & Hudson, Londres, 2021 (nouvelle édition)
  • Radovan Ivsic, Rappelez-vous cela, rappelez-vous bien tout, Gallimard, Paris, 2015
  • Ingrid Pfeiffer, Fantastic women : Surreal worlds from Meret Oppenheim to Louise Bourgeois, Hirmer Verlag, 2020

Autres

  • Friedrich Nietzsche, La Naissance de la tragédie [1872], Flammarion, Paris, 2015. Traduction et présentation par Céline Denat
  • Susan Sontag, Le Bienfaiteur [1963], traduit de l’anglais par Guy et Gérard Durand, Christian Bourgois Éditeur, Paris, 2022


  1. Radovan Ivsic, Rappelez-vous cela, rappelez-vous bien tout, Gallimard, Paris, 2015, 84. []
  2. Nietzsche, La Naissance de la tragédie [1872], Flammarion, Paris, 2015. Traduction et présentation par Céline Denat. []
  3. Walt Whitman, Song of Myself, 51. En ligne : https://iwp.uiowa.edu/whitmanweb/fr/writings/song-of-myself/section-51 []
  4. Bernard Marcadé, Marcel Duchamp, Flammarion, Paris, 2007. []
  5. Nous noterons toutefois l’ajout d’un cartel explicatif pour Le Paradis des Noirs, 1925, probablement suite à des remarques du public. []
  6. « ABSTRAIRE », Le Trésor de la Langue française. En ligne : http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?12;s=1403807640;r=1;nat=;sol=1; []
  7. André Breton, Nadja [1929], Gallimard, Paris, 1964. []
  8. Susan Sontag, Le Bienfaiteur [1963], traduit de l’anglais par Guy et Gérard Durand, Christian Bourgois Éditeur, Paris, 2022. []
  9. Gabrielle Buffet, « Impressionnisme musical » dans La Section d’Or, 1912, et « Musique d’aujourd’hui » dans Les Soirées de Paris, 1914. Voir également mon article sur le sujet, “Gabrielle Buffet et l’impossibilité d’une musique pure“. []
  10. Sur la peinture pure, voir Gabrielle Buffet, « L’art moderne et le public » dans Rencontres, P. Belfond, Paris, 1977. Originellement publié en anglais sous le titre « Modern art and the public » dans Camera Work 42-42s, numéro spécial, New York, juin 1913. []
  11. Lautréamont, Les Chants de Maldoror [1868], Le Livre de Poche, Paris, 2001. []
  12. Titre du recueil de poésie de Francis Picabia, La fille née sans mère [1918], Éditions Allia, Paris, 1992. []
  13. Vitezslav Nezval, Styrsky et Toyen, 1938. []
  14. Benjamin Péret, 1953. L’origine de la citation est inconnue. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.