« 100 ans, l’âge de la consécration pour Françoise Gilot » ?

Consécration. […] Confirmation, action de rendre ou de devenir durable.
Ce court billet est une réponse à l’article de Mme. Stéphanie Chayet pour Le Monde sur le centenaire de l’artiste Françoise Gilot.

Gilot, Évier et tomates, 1951. Huile sur contreplaqué, 91,8 x 72,8 cm. Centre Pompidou, Paris.

            Le 26 novembre dernier, Françoise Gilot a fêté ses cent ans à New York, où elle réside aujourd’hui – plus exactement « à Manhattan, sur la 67e Rue Ouest, dans un immeuble d’ateliers d’artistes dont l’ascenseur est manœuvré par un liftier1 ». Il y a un siècle, Gilot naissait et vivait à Neuilly-sur-Seine, en France. Elle a également travaillé de bien nombreuses années à Paris, de l’Occupation jusqu’à récemment ; depuis plusieurs années, pour des raisons de santé, elle ne peut plus prendre l’avion. Récemment, elle a fait vider son atelier à Montmartre. Gilot quitte la France.

            Gilot est une enfant de Paris. Elle y a vécu, y a travaillé, y a appris à peindre, y à commencer sa carrière. Mais que trouve-t-on d’elle ici ? Le Centre Pompidou possède deux toiles d’elle, deux peintures de sa série des « cuisines », une achetée dans les années 1950s (Évier et tomates, 1951) et l’autre acquise dans une donation d’un collectionneur (Plat de cerises et couteau espagnol, 1948). À Neuilly, pas de trace d’elle. En revanche, il y a une plaque commémorative pour Vassily Kandinsky, artiste né russe et naturalisé français, qui a vécu là jusqu’à sa mort en 1944. Gilot n’habitait pas très loin de lui. Mais cela, on l’oublie.

Gilot, Paloma à la guitare, 1965. Huile sur toile, 130×125 cm. Coll. privée.

            Gilot, consacrée ? C’est ce que dit Mme. Stéphanie Chayet dans son article pour le centenaire de l’artiste dans Le Monde. Ses arguments : les grandes ventes qu’ont organisé Christie’s à Hong Kong en fin d’année pour fêter son centenaire et celle de Sotheby’s au printemps, où a été acquise Paloma à la guitare pour 1,3 million de dollars – « cinq fois plus que son estimation haute2 ». Autre grande vente : celle de la peinture Intimité de 1956, vendue pour 1,16 million de dollars par la galerie Patrick, la galerie américaine de l’artiste. Gilot se vend ; consécration ? Dans ce cas-là, sa consécration ne date pas d’aujourd’hui : « Françoise Gilot a toujours bien vendu, rappelle Mme. Chayet, dès son exposition de fin d’études à l’académie Julian, dans le Paris de l’Occupation3. » Qu’est-ce qui change aujourd’hui, hormis que Gilot atteint la fin de sa vie ?

« La peintre française est surtout célèbre pour avoir partagé la vie de Pablo Picasso pendant dix ans. Il lui aura fallu atteindre un siècle pour être mise à l’honneur. Et voir le prix de ses œuvres s’envoler4. » Certes, les prix s’envolent, Gilot est un nom, une valeur sûre, les collectionneur-ses du monde s’arrachent les toiles des années 1950 qui refont surface : « Ses acheteurs ont tendance à s’accrocher aux œuvres jusqu’à leur mort, c’est pourquoi ses tableaux des années 1950 commencent seulement à faire surface dans les salles de ventes. » Les tableaux changent de mains et de murs, passent de la collection d’untel pour celle d’untel. Et les musées et institutions ? Ne serait-il pas l’opportunité pour elleux d’acquérir quelques toiles de Gilot pour compenser de son absence des collections – en particulier des françaises ?

            « La date [de son anniversaire] est passée quasi inaperçue en France5 ». C’est vrai. La ville d’adoption de l’artiste, New York, lui a rendu hommage ; mais la France, Neuilly, Paris ? Il y a eu un évènement, passé inaperçu, au Musée Montmartre, organisé par Le Vieux Montmartre, où la moyenne d’âge devait être la cinquantaine et la majorité du public habitait le coin. Mme. Annie Maïllis, amie (et non « biographe », comme elle-même le dément) de l’artiste, nous a parlé d’elle, de leurs entretiens, de sa vie et de son état de santé. Nous n’étions qu’un minuscule comité pour célébrer le centenaire de cette grande artiste.

Couverture de Life with Picasso de F. Gilot et C. Lake, édition New York Review Books Classics, 2019

            Si vous voulez voir des œuvres de Françoise Gilot sur le territoire français là, maintenant, tout-de-suite, voici les options qui s’offrent à vous : soit vous avez un-e ami-e collectionneur-se qui en a en sa possession ; soit vous faites le voyage jusqu’au Musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence, où des œuvres issues des collections de la famille sont exposées jusqu’au 23 décembre6 ; soit vous vous infiltrez dans les sous-sols du Musée National d’Art Moderne pour dénicher les deux Gilot en leur possession (ceci n’est pas une invitation à le faire). Plus abordable sont les récents livres sortis à son sujet – le catalogue de ladite exposition au Musée Estrine7 et la réédition des entretiens de Mme. Annie Maïllis avec l’artiste8 – qui proposent quelques représentations d’œuvres. Ou bien peut-être pourrez-vous trouver pour un prix abordable la monographie de l’artiste9 quelque part. Il y a aussi le premier livre de Gilot, Vivre avec Picasso, que vous trouverez aux éditions 10/18 avec pour couverture cette très connue photographie de l’artiste à la plage, marchant sous une ombrelle tenue par Picasso ; nous devons ce cliché à Robert Capa10. Mais vous ne verrez pas d’œuvre de Gilot dans ce livre, à moins que vous n’achetiez sa version anglaise, Life with Picasso (« Vie avec Picasso » et non pas « Vivre ») ; la New York Review of Books a, pour la réédition du livre en 2019, mis en couverture une œuvre de Gilot : Étude bleue de 1953, un autoportrait de l’artiste11.

            À cent ans, Pierre Soulages était exposé au Louvre ; à cent ans, Françoise Gilot a le droit à sa première exposition dans un musée français depuis – eh bien, depuis toujours. L’envol des prix de ses œuvres suffit-il à parler d’une « consécration » ? Il y a injustice ; les enfants de Gilot le disent. Cette « consécration tardive », pour reprendre les mots de Mme. Chayet, les réjouit et « répare une injustice historique12. » Est-ce suffisant pour la réparer ? Clairement pas. Mais les enfants sont optimistes : « Nous attendons le moment où elle va exploser le plafond de verre une bonne fois pour toutes13. » Une bien jolie formule pour dire ceci : ils attendent le moment où les musées et institutions donneront enfin la reconnaissance qu’elle mérite.

Photo de Ulrich Mann, dans Ein Photographisches Portrait.

            Si aujourd’hui nous parlons de Françoise Gilot en France, c’est grâce à la démarche de quelques individus – j’ai cité Mme. Annie Maïllis, à qui nous devons un ensemble d’actions et de publications ; j’ajoute celui de Mme. Elisa Farran, directrice du Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence, ainsi que ceux des trois enfants de l’artiste ; Claude Ruiz-Picasso, Paloma Picasso et Aurélia Engel. Mais il manque à ce petit comité des travaux universitaires. Où sont les chercheur-ses ? Aux États-Unis, il y a M. Mel Yaokum, curateur des F. Gilot Archives depuis 1991, qui a commencé à travailler avec l’artiste en 1987 en organisant des expositions de sa très veste œuvre. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages au sujet de Gilot, notamment l’importante monographie en deux volumes existante. Posons la question qui revient : qu’en est-il en France ? Nous devons beaucoup à Mme. Annie Maïllis, qui a commencé ses entretiens avec Françoise Gilot au sujet de Michel Leiris et des corridas, son sujet de thèse à l’époque ; Gilot ayant connut les deux, elle lui fut une source importante. De là a développé leur amitié. C’est par sympathie et profond respect de Mme. Maïllis a continué ses entretiens avec elle, les a faits publier, et a réalisé un film sur elle avec Arte, Pablo Picasso et Françoise Gilot : la Femme qui dit non. Mais ce travail, aussi capital et intéressant soit-il, n’est pas un travail de recherche : ce que Mme. Maïllis a fait est relayer la parole de l’artiste en France, son pays d’origine où on l’a complètement oubliée, où la seule parole que nous lui accordons est celle au sujet de Picasso et de sa vie de « victime » qu’elle a eu avec lui.

            Pour conclure, je répète : consécration ? Nous en sommes loin, il semble, et c’est bien dommage. Aucun travail universitaire français n’existe à son sujet. On, le public français, ignore tout de son œuvre importante. Il est temps que quelque chose soit fait à ce sujet – à ma connaissance, le travail de mémoire que j’entreprends est le premier travail universitaire réalisé sur Gilot en France. Dommage que ce travail soit commencé au centenaire de cette artiste formidable et importante qu’est Françoise Gilot.

  1. Stéphanie Chayet, « Françoise Gilot, centenaire et muse de Picasso, enfin consacrée », Le Monde, publié le 4 décembre 2021. En ligne : https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/12/04/francoise-gilot-centenaire-et-muse-de-picasso-enfin-consacree_6104741_4500055.html []
  2. Ibidem. []
  3. Ibid. []
  4. Ibid.  []
  5. Ibid.   []
  6. Voir le site du Musée Estrine : http://musee-estrine.fr/expositions/francoise-gilot-les-annees-francaises.html []
  7. Annie Maïllis, Sarah Wilson et Elisa Farran, Françoise Gilot : Les années françaises, Milan : Silvana Editoriale, 2021 []
  8. Annie Maïllis, Françoise Gilot, Françoise Gilot : dans l’arène avec Picasso, Milan : Silvana Editoriale, 2021 []
  9. Françoise Gilot, Mel Yoakum, Françoise Gilot : Monographie, 1940-2000, Lausanne : Acatos, 2000 []
  10. Françoise Gilot, Carlton Lake, Vivre avec Picasso, Paris : 10×18, 2006 []
  11. Françoise Gilot, Carlton Lake, Life with Picasso, New York Review Books Classics, 2019 []
  12. Chayet, « Françoise Gilot, centenaire et muse de Picasso, enfin consacrée », op. cit. []
  13. Ibidem []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search